Ecosse - Observer les cétacés dans le détroit de Minch

Orques Ecosse Laetitia Scuiller EnezGreen
Orques Ecosse Laetitia Scuiller EnezGreen
Orques Ecosse Hervé Bré EnezGreen
Baleine de Mink Ecosse Hervé Bré EnezGreen

Situé entre la baie de Gairloc'h et l’île de Skye, le détroit de Minch est connu pour sa concentration exceptionnelle en mammifères marins. Un spot très prisé pour l’observation des cétacés, pour la navigation à la voile et pour la beauté des paysages.

Observer les orques baleines, dauphins et marsouins des Hébrides

Dès le printemps, les baleines commencent leur migration depuis les régions arctiques où elles ont fait le plein de krill pendant toute la saison. Situées sur leur chemin migratoire, les îles autour de l’Écosse offrent durant cette période de nombreuses opportunités d’observer des mammifères marins.

Grâce à la protection dont bénéficient la plupart des cétacés et à la décroissance de l’industrie de la pêche écossaise, les baleines sont de plus en plus nombreuses à transiter dans les eaux écossaises. Leur présence apporte une source de revenus non négligeable aux communautés locales et offre une aventure fascinante aux touristes.

Les eaux des Hébrides constituent l’un des habitats marins les plus importants en Europe, abritant près de 70% des espèces de baleines, dauphins et marsouins. Malgré cette diversité et l’accessibilité des cétacés dans le détroit de Minch, l’observation des baleines n’est pas encore très développée.

Les opérateurs locaux sont relativement peu nombreux et se concentrent rarement uniquement sur les cétacés, les observations se limitant à la période estivale et étant moins prévisibles que celle des phoques ou des oiseaux de mer. Les sorties en mer liées à l’observation de cétacés vont de 2 heures d’excursions à la croisière d’une semaine autour des îles Hébrides, sans compter la location de voiliers qui démarre doucement, mais qui s’avère l’une des options les plus idéales. Cette dernière option requiert cependant un budget plus conséquent ainsi que des compétences pour pouvoir naviguer dans cette région où les conditions météo peuvent être difficiles.

Les baleines de Mink, les stars du Minch

Les eaux territoriales écossaises ont fait l’objet de recherches scientifiques sur les mammifères marins et notamment sur le petit rorqual de l’Atlantique Nord (Balaenoptera Acutorostrata) afin de déterminer des zones pour la mise en place de futures aires marines protégées. Certaines données montrent que les petits rorquals sont particulièrement présents dans deux larges secteurs : le long de la côte ouest de l’Écosse dans le Minch, le Little Minch et dans la mer des Hébrides (Weir et al, 2001 ; Evans. et al, 2003 ; Reid et al, 2003 ; HWDT), et au large de la côte est de l’Écosse entre Fraserburgh et la frontière sud avec l’Angleterre (Hammond et al, 1995, 2002 ; Northridge et al, 1995; Reid et al, 2003). L’abondance relative des petits rorquals au sein de ces deux grands domaines semble être plus élevée qu’ailleurs dans le Royaume-Uni ou dans le nord-ouest de l’Europe (Reid et al., 2003).

Si les baleines de Mink encore appelées, petits rorquals, migrent vers des eaux plus chaudes durant les mois d’hiver, elles reviennent chaque été dans les eaux côtières des Hébrides. Des études scientifiques ont pu démontrer que de nombreuses baleines reviennent spécifiquement dans le détroit de Minch chaque année et semblent donc être des résidentes saisonnières de la région. D’où l’importance de protéger cette zone particulièrement fréquentée !

Concentration de cétacés entre Gairloch et l’île de Skye

Nous aurons l’occasion, durant notre séjour dans la région de Gairloch, d’observer 4 spécimens au large de l’île de Skye et à quelques miles de la baie de Gairloch. D’après les locaux les lieux sont souvent fréquentés par les cétacés qui viennent s’y nourrir en lançons, particulièrement nombreux durant l’été. Nous avons pu observer les 4 rorquals profiter de leur festin. Un moment exceptionnel de pouvoir observer ces cétacés, mesurant entre 7 à 9 mètres de long, se déplacer au gré des mouvements du banc de poissons et d’imaginer l’engouffrer par dessous avec leur gorge démesurée disposant de plus de 50 rainures ! À la surface, les petits rorquals arborent de petites nageoires dorsales et pectorales, ainsi qu’une tête très fine et ne sont donc pas aussi spectaculaires que leurs cousines les baleines à bosse ou les orques... Mais la magie reste là même quand on les voit souffler et sonder.

Voir aussi : Randonnées palmées avec les phoques gris et communs des Shiants.

Rencontre exceptionnelle avec les orques résidents des Hébrides

Si les orques se déplacent dans un vaste domaine s’étendant à toute la mer des Hébrides, leur passage est attendu chaque année dans le détroit de Minch à partir du mois de juin. Le passage entre Gairloc’h et le sud de l’île de Skye est réputé pour l’observation régulière de mammifères marins et plus rarement des orques. Lors d’une navigation dans la zone, nous avons eu cette extraordinaire chance de rencontrer un groupe de 6 orques (Orcinus orca) festoyant sur un banc de lançons. Nous avons tout d’abord repéré la nageoire dorsale d’un mâle s’élevant à près de 2 mètres au-dessus de la surface, tel un périscope sous-marin ! D’après les observations scientifiques locales, une petite population d’épaulards a été identifiée dans les Hébrides. Constamment en mouvement, le groupe évolue dans la région sur une distance assez étendue.

L’épaulard : un fascinant prédateur des mers

Nous avons pu identifier distinctement trois couples grâce à la forme de leurs nageoires dorsales et aux marques et éraflures visibles sur la surface. Parmi le groupe, nous avons tout de suite repéré un mâle dominant se distinguant par son allure massive et puissante, accompagné d’une femelle dotée d’une nageoire dorsale nettement plus courte. Mesurant près de 9 mètres et arborant une magnifique robe noire avec des taches blanches derrière et au-dessus des yeux, le mâle s’est approché du voilier à deux ou trois reprises. Nous avons alors pu mesurer l’incroyable puissance et intelligence de cet extraordinaire prédateur des mers qui s’est montré curieux envers notre embarcation. Le groupe se nourrissait sur un banc de poissons, facilitant ainsi notre observation. Manœuvrant le bateau de façon à les perturber le moins possible, nous avons eu néanmoins tout le loisir d’observer les trois couples surgir et sonder de façon intermittente sur une zone de chasse assez réduite, comme s’ils opéraient en collaboration selon une stratégie bien huilée. L’orque est une redoutable chasseuse ; d’après les observations en Écosse elle se nourrit principalement de poissons, de phoques et de marsouins…

Si ces animaux n’ont pas de prédateurs naturels, en tant que derniers mammifères de la chaîne alimentaire, ils sont particulièrement menacés par la pollution issue de résidus de substances chimiques toxiques. Au Royaume-Uni, des niveaux élevés de produits chimiques retardateurs de flamme ont été relevés au sein de cadavres d’orques.

Les épaulards sont protégés par le droit communautaire et la législation britannique, principalement par l’annexe 5 de la Wildlife and Countryside Act de 1981, par le Nature Conservation (Scotland) Act de 2004 et par la directive européenne habitats et espèces de 1992.

Hebridean Whale and Dolphin Trust

L’Hebridean Whale and Dolphin Trust (HWDT) effectue un suivi à long terme sur l’habitat, l’abondance et l’aire de distribution des cétacés dans les eaux des Hébrides. Le but de ces recherches est de fournir des informations aux prestataires de tourisme en relation avec la faune marine afin d’assurer la conservation efficace de la biodiversité extraordinaire de la région. Un site communautaire d’observation du HWDT encourage les résidents, les opérateurs de tourisme et les visiteurs de la région à rendre compte de leurs observations de cétacés. Par ailleurs, le système WISE vise à minimiser les perturbations via un programme de formation et d’accréditation des opérateurs de transport de passagers et de navires affrétés proposant l’observation de la faune marine ainsi qu’un soutien des bateaux concernés par l’interaction avec la faune marine et enfin une communication visant à aider le grand public à choisir des prestataires durables respectueux de l’environnement marin via la liste des prestataires Wise.

Voir aussi : Cap sur les îles Shiant et observation des oiseaux et mammifères marins.

à retenir

Une concentration exceptionnelle de mammifères marins ★★★

  • Le site : l’archipel des Hébrides est séparé de la Grande-Bretagne par un détroit de 25 à 50 km de large, le Minch, divisé en North Minch et Little Minch. Il communique au Nord avec l’Océan Atlantique d’où migrent un grand nombre de mammifères marins qui viennent se nourrir dans les eaux écossaises particulièrement abondantes en nourriture.
  • Spécificité : Le détroit de Minch est un endroit parsemé de hauts-fonds où se rejoignent différentes eaux et différents courants propices à la production de plancton qui attire en nombre poissons, mammifères et oiseaux de mer.
  • Les espèces de mammifères : Un tiers de la population des baleines de l’Atlantique Nord migre à travers les eaux des Hébrides chaque année. Les marsouins communs (Phocoena phocoena), les dauphins communs (Delphinus Delphis), les baleines de Mink (Acurorostrata Balaenoptera), les dauphins à rostre blanc (Lagenorhynchus albirostris), les dauphins de Risso (Grampus Griseus) et les orques (Orcinus Orca) font partie des espèces observées le plus fréquemment au sein du détroit (Evans et al, 1993).
  • Fréquentation : La plupart des espèces sont observées principalement entre les mois d’avril et octobre. Il est établi que les cétacés les plus petits se déplacent sur de courtes distances entre le large et les côtes, tandis que les grands cétacés entreprennent des migrations latitudinales, voyageant vers le Nord au printemps et vers le Sud en automne, le long du bord du plateau continental.

Protection des cétacés ★★

  • Législation : Aujourd’hui, tous les cétacés résidant ou migrant dans les eaux britanniques sont protégés de la capture, l’abattage, les blessures et du harcèlement délibéré ou de la dégradation de leurs habitats, en vertu de la directive européenne Habitats et de la Loi sur la faune et les paysages du Royaume-Uni.
  • Désignation de SACs : À l’heure actuelle, les associations environnementalistes pressent le gouvernement pour désigner plus de Marine SACs (zones spéciales de protection) pour la protection des cétacés. Le Scottish Natural Heritage (SNH) accorde des fonds à des projets impliqués dans la conservation et l’interprétation du patrimoine naturel de l’Écosse, dont les cétacés (jusqu’à 50% des coûts du projet). En 1999, 1,3 million £ a été attribuée à la promotion de l’utilisation durable du milieu marin.
  • Sensibilisation et éducation : Le SNH, l’organisme officiel chargé de la conservation et de la gestion de la nature en Écosse, subventionne une partie du programme de l’association Hebridean Whale and Dolphin Trust. Cette dernière a lancé un certain nombre de projets écotouristiques maritimes, dont la réalisation d’un dépliant du code de conduite pour l’observation des baleines et phoques, des posters d’interprétation, une fiche technique sur l’observation des cétacés destinée aux prestataires de tourisme et un site web dédié à la recherche et à l’écotourisme marin comprenant une page de liens avec les opérateurs durables d’observation de cétacés.

Des prestataires encore peu nombreux ★★

  • Un secteur durable d’avenir : Malgré la diversité et l’accessibilité des cétacés observés dans le détroit du Minch, l’observation des baleines n’est pas encore considérée comme une ressource touristique importante.
  • Location de voilier avec Spirit of June Yacht Charter : Peter et Mary Henderson proposent 7 bateaux à la location pour naviguer entre les îles Hébrides au départ de Gairloch ou d’Ardrossen Marina près de Glasgow. Forts de leur expérience de plusieurs années dans le yachting, ils vous conseillent et accompagnent dans votre choix et prise en main du bateau. Très sympathiques, ils sont également disponibles pour satisfaire vos demandes spécifiques durant votre séjour et vous briefent sur les conditions climatiques et de navigation locales. Les bateaux sont en très bon état et appropriés pour naviguer dans ces contrées maritimes particulières.

NOTRE APPRÉCIATION

Site / environnement
3
Qualité prestation
2
Politique durable
2

Informations utiles

Tarif « à partir de » *: 0.00
* Les tarifs varient en fonction de l’opérateur, du bateau, de la saison et de la destination.
Période d'ouverture:
La plupart des espèces de cétacés sont observées entre les mois d’avril et octobre