Sainte Lucie Laetitia Scuiller@ EnezGreen.com
Sainte Lucia @ Hervé Bré EnezGreen.com
Sainte Lucie Laetitia Scuiller@ EnezGreen.com
Sainte Lucie orcas Laetitia Scuiller@ EnezGreen.com
Sainte Lucie Laetitia Scuiller@ EnezGreen.com

Carte

Activités et Loisirs

Le superbe cadre luxuriant de la baie de la Soufrière dominée par les deux majestueux pitons en font l'un des mouillages les plus prisés de la Caraïbe. Depuis 1992, la Soufrière Marine...
Géré par les locaux, le parcours guidé Tet Paul Nature Trail est un bel exemple d'écotourisme. La balade au sein du verger tropical permet de découvrir l'agriculture traditionnelle locale et mène...
Cachée parmi les bougainvillées et les cacaoyers et situé au pied des Pitons, Fond Doux Holiday Plantation est un magnifique écolodge au charme suranné de l’époque coloniale. Tout séjour dans ce...
Créé en 1980, Mystic Man Tour propose diverses activités nautiques durables pour observer la faune marine au large des fameux pitons de la Soufrière. Pionnière de l'observation des mammifères marins...
Les forêts tropicales luxuriantes de Sainte-Lucie abritent des espèces d’oiseaux parmi les plus spectaculaires et rares au monde. Située au cœur de l'île, la...
La Soufrière Marine Management Area est un modèle d’aire marine protégée. Elle a été conçue pour partager équitablement le domaine maritime entre les différents usagers de façon à réduire...
Plonger dans la réserve marine avec Peter Butcher, le chef des rangers de la SMMA, est une opportunité unique pour découvrir la biodiversité marine locale. 
Archipel
Atouts géographiques

Une nature époustouflante et un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco

 

Située au sud de la chaîne des Caraïbes de l’Est, entre la Martinique et Saint-Vincent, Sainte Lucie fait partie des «îles du Vent», exposées aux alizés  de l'Atlantique et disposées suivant une ligne Nord-Sud, qui rassemblent les îles méridionales entre la Dominique et Trinidad et Tobago. 
Sainte-Lucie est une île montagneuse qui émerge d'un relief sous-marin et qui se distingue par sa topographie et ses paysages d'une beauté saisissante. Emblèmes de l’île et repères des marins, les deux pitons volcaniques de la Soufrière sont classés au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2004. Gros Piton et Petit Piton représentent les vestiges de lave érodés d’un ensemble volcanique composite andésitique associé à une subduction de la plaque de l’écorce terrestre. Surgissant de l'océan au sud ouest de l'île, ces aiguilles jumelles sont enchâssées dans un écrin de végétation tropicale où des points de vue panoramiques ont été aménagés. La vue sur ces merveilles de la nature qui dominent l'île à plus de 700 mètres d'altitude au-dessus de la mer, est fantastique.
Sainte Lucie s'étend sur une superficie d'à peine 620 km2, soit 43 km de longueur sur 23 km de largeur. Pourtant, l'île renferme une incroyable diversité de milieux naturels, dont près de 10 000 hectares de forêts protégés, des estuaires, des mangroves, des cascades, des sources thermales et 160 km de côtes ciselées de criques enchanteresses et de magnifiques récifs coralliens…  Si le nord du pays est marqué par le tourisme balnéaire avec son lot de marinas et de complexes hôteliers, les visiteurs en quête d’authenticité et de nature sauvage sont comblés dès qu’ils explorent la côte sud ouest luxuriante et escarpée, les villages de pêcheurs du sud ou la forêt tropicale à l’intérieur de l’île.
 

Un climat très agréable 

 

Grâce à son climat subtropical tempéré par les alizés, Sainte-Lucie offre des températures agréables durant toute l'année. La température moyenne annuelle est de 27 °C et peut monter jusqu'à 35°C entre juin et août durant la saison des pluies. La saison sèche s'étend de fin novembre à mai. Durant la saison cyclonique qui s'étend de juin à fin novembre, Sainte-Lucie peut connaître des dépressions, des tempêtes tropicales ainsi que des ouragans. Tomas, le dernier ouragan le plus important à avoir touché l'île, date de novembre 2010. Outre les informations délivrées par les autorités locales, il est possible de suivre l’évolution des ouragans sur le site basé à Miami.
 

Une côte caraïbe protégée idéale pour les activités nautiques

 

Battue par les vagues de l'Atlantique, la côte est propose de très beaux spots de planche à voile et de kite surf. 
Quant à la côte caribéenne, elle est idéale pour la baignade et nombre d'activités nautiques. le must demeure la plongée sous-marine, Sainte-Lucie étant reconnue comme l'un des meilleurs sites de la Caraïbe, notamment pour la richesse de ses récifs coralliens et pour la topographie des fonds marins, dont certains endroits portent les noms évocateurs de superman's flight, fairy land... La réserve marine de la Soufrière et l’Anse Chastenet font notamment parties des sites de plongée les plus réputés de la Caraïbe pour leur biodiversité riche et préservée. La côte ouest est également plus favorable à l’observation de mammifères marins qui y trouvent un abris sûr. On peut y observer régulièrement plus de 20 espèces, dont les plus fréquents sont les baleines à bosse, les globicéphales noirs, les cachalots, les dauphins à long bec et tachetés. Il est également possible d’observer des tortues Luth qui viennent pondre de mi-mars à mi-août à Grande Anse, au sein de la réserve marine de la côte est.  

La plaisance est certainement l’option la plus agréable pour profiter de la splendeur sauvage de l’île, surtout le long de la côte ouest qui regorge de mouillages, organisés et sauvages, au sein de marinas bien entretenues ou au cœur de sites paradisiaques. Les deux sites les plus remarquables sont Marigot bay, un abri très protégé avec une végétation magnifique, et Soufrière bay qui permet de séjourner directement sous les fameux pitons classés au patrimoine mondial... Sainte Lucie est la porte des Grenadines et le point de départ idéal pour des croisières vers les îles voisines telles que la Martinique ou Saint Vincent.

 
 
Contexte environnemental

Protection de l'environnement par les autorités locales

La régression du secteur de la banane et la baisse conséquente de ses recettes ont amené Sainte Lucie à a ciblé le tourisme comme principal secteur de croissance. Le tourisme est cependant subordonné à la viabilité de l'agriculture qui en plus de fournir une partie des aliments et des boissons consommés dans les hôtels, est également à la base de la priorité accordée par Sainte Lucie à son héritage culturel dans ses efforts pour développer un tourisme durable. 

Le tourisme pilier de l'économieLe tourisme est devenu la principale source de devises étrangères depuis une quinzaine d’années, contribuant à hauteur de près de 38 % du PIB et 73 % des exportations totales de biens et de services. Les hôtels et restaurants emploient en moyenne 10,2 % de la population active totale sur l'île (Jules 2005). En 2005, Ste-Lucie a accueilli 350 000 touristes plus 540 000 croisiéristes, qui ont dépensés au total pour plus de US $ 1 milliard. 35 % des visiteurs provenaient des États-Unis et 32% étaient originaires de l’Europe, dont 25% du Royaume-Uni.  

Volonté du gouvernement de créer un tourisme durable

D’importants efforts sont en cours entre les organismes gouvernementaux, les agriculteurs, les pêcheurs et les hôteliers pour accroître l'offre de produits locaux destinés à l'industrie du tourisme. Cependant, les propriétaires d'hôtel et les exploitants de bateaux de croisière tendent à négocier des sources d'approvisionnement moins chères en provenance des Etats-Unis ou de Trinidad et Tobago, plus compétitifs. Le gouvernement s'est néanmoins engagé à  faire de Sainte-Lucie " la destination touristique la plus diversifiée et durable de la Caraïbe " en développant un tourisme durable et équitable. L'importance de maintenir la nature comme l'épine dorsale de cette nouvelle directive a été reconnue comme prioritaire. Cette reconnaissance de l'importance du maintien des ressources marines a contribué à la désignation de 23 aires marines protégées de taille modeste autour de l'île, principalement centrées sur les récifs coralliens et les mangroves. La Soufrière Management Marine Area (SMMA) est l'exemple le plus concret de cette orientation. Comprenant 4 réserves marines différentes, la SMMA est calquée sur ​​le concept de réserve de biosphère qui inclut la protection, la gestion et l'éducation locale tout en permettant le développement du tourisme et de la pêche.
Le secteur a été impliqué dans de nombreuses initiatives de tourisme durable en se concentrant sur l'écologisation de l'industrie, tels que la mise en place d’audits environnementaux internes, ou la création et l'utilisation de divers programmes de gestion environnementale et de certification comme Green Globe 21, Pavillon Bleu, ISO 14000 et Qualité Tourisme pour les Caraïbes. Sainte-Lucie est fière d'avoir reçu le prix Caribbean islands' 2000 Ecotourism Award pour son programme Heritage Tourism lancé en l'an 2000, dont le but était de mobiliser, former et responsabiliser les communautés locales de façon à les inciter à utiliser leurs atouts culturels et patrimoniaux pour le développement du tourisme.  

Recyclage des eaux usées et système de paiement des services écosystémiques

Le recyclage des eaux usées est désormais une pratique courante pour de nombreux hôtels, qui utilisent leurs eaux grises recyclées pour arroser les jardins et les pelouses, tel que le Coconut Bay Resort and Spa et le Sandals Regency, qui s’en sert pour arroser son parcours de golf. Sainte-Lucie a presque achevé la mise en œuvre de sonpremier plan d’action et de stratégie nationale pour la biodiversité, et représente l'un des rares pays de la région des Caraïbes à avoir mis en place un système de paiement des services écosystémiques, qui est le fruit d'un projet régional intitulé – Projet de gestion intégrée des bassins versants et des zones côtières (IWCAM). 

Réserves Marines
Les Réserves Marines sont établies par la loi afin de protéger les récifs coralliens et les poissons qui y vivent. Dans ces aires marines, la bande côtière est divisée en une mozaique de zones où les activités sont réglementées. Des bouées d’amarrage blanches et bleues ont été installées et mises à disposition des yachts. Un droit d'entrée est requis auprès des utilisateurs qui assure l'autonomie des réserves, à l'image de la SMMA qui est un exemple de réussite en la matière. Le pays partage aujourd’hui cette expérience d’élaboration de réseau d'aires marines protégées avec d'autres pays de la Caraïbe. 

Malgré tous ces efforts, il faut cependant garder à l'esprit que le tourisme s’est développé à Sainte-Lucie dans un contexte de libéralisation du marché des services. Le GATS, l'Accord général sur le commerce des services, a d'ailleurs pointé du doigt l'incapacité du gouvernement à réglementer ce secteur dans l'intérêt de la population et à favoriser le développement durable. Une réflexion sur les effets du tourisme de masse, et notamment sur l'accueil des bateaux de croisière, s’impose dans les milieux marins fragiles. Il arrive que plusieurs navires – chacun pouvant accueillir près de 3 600 passagers à bord - se côtoient dans une même baie, comme à la Pointe Séraphine à Castries. Le problème de gestions des déchets, du recyclage des eaux usées se pose également avec la croissance des complexes hôteliers dans la partie nord de l'île, comme à Rodney Bay et Gros Islet...

 
Evènements nautiques

L’Atlantic Rallye for Cruisers (ARC) 

Plusieurs centaines de voiliers issus des quatre coins des océans se confrontent chaque année lors de ce rallye transatlantique, destiné aux amateurs de voile comme aux professionnels. Le départ de la course a lieu fin novembre depuis les Iles Canaries pour une traversée de 12 à 25 jours et s’achève dans la marina de Rodney Bay à Ste-Lucie au cours du mois de décembre. Pendant 15 jours, les soirées et concerts s’enchaînent au sein même de la marina. Lors des dernières éditions, le nombre de navires a atteint un pic de 250 unités avec un total de 1500 personnes provenant de 32 pays participants !

Autres

Une riche histoire maritime

Les indiens Arawaks sont les premiers visiteurs à s'être installés sur l'île. Ils sont chassés au 9ème siècle par les Indiens Caribes, de nature plus sauvage, qui y vivent jusqu'à ce Christophe Colomb découvre l'île en 1502. Sainte-Lucie sera longtemps disputée entre les Français et les Britanniques, intéressés par sa position géographique stratégique, ses sources d'eau douce et ses nombreux abris côtiers naturels. Pendant cette période, l'île change 14 fois de main entre les deux factions, ce qui lui vaut le surnom d'"Hélène de l'Ouest" ...  Sainte-Lucie fut également un repaire de pirates, et notamment Pigeon Island, surnommé "l’îlot des pirates", aujourd'hui classé Parc National Historique. Situé au  nord de l'île, l'endroit était idéal pour s’élancer à l’abordage des galions qui passaient au large de la Martinique. Pour les mêmes raisons, l’amiral anglais Rodney y fit construire un fort militaire en 1778. C’est d’ici que partirent les bateaux qui anéantirent la flotte française lors de la célèbre bataille des Saintes, en 1782. On peut aujourd’hui visiter les vestiges de ce fort et un centre d’interprétation retrace cette histoire mouvementée.
 

Dates à retenir

La fête de l’indépendance est célébrée le 18 février.

Le fameux festival de jazz a lieu se déroule durant 10 jours pendant le mois de mai. Lancé en 1991 par le Saint Lucia Tourist Board dans le but d’attirer plus de touristes, l’événement connaît aujourd’hui un vif succès et est même considéré comme l’un des festivals de jazz les plus réputés de la scène internationale ! Tous les samedis du mois de mai, la Dennery Fish fiesta bat son plein dans une ambiance typique caribéenne.

De la mi-juin à fin juillet, le carnaval est à son paroxysme ; les visiteurs peuvent assister aux défilés des groupes costumés qui dansent et chantent dans les rues. Ambiance garantie.

Mer / Océan: 
Mer des Caraïbes

EN BREF

A l'image de ses sources de sulfures et de ses pics volcaniques, Sainte-Lucie cache un caractère bouillonnant et ensorcelant.

L'île renferme une belle diversité de milieux naturels, dont près de 10 000 hectares de forêts protégées, des estuaires, des mangroves et 160 km de côtes ciselées de criques enchanteresses et de magnifiques récifs coralliens…

Si le nord du pays est marqué par le tourisme balnéaire avec son lot de marinas et de complexes hôteliers, la partie sud convient mieux aux visiteurs en quête d’authenticité et de nature sauvage. C’est également dans ces endroits où les rencontres avec les locaux sont les plus sincères et chaleureuses, bercées par le rythme des steel bands et le charmant accent créole anglais. 

La côte ouest et ses réserves marines offre des conditions optimales pour la pratique d'activités nautiques, dont l'observation de cétacés, le snorkeling et la plongée.

La plaisance est certainement l’option la plus agréable pour profiter de la splendeur sauvage de l’île, surtout le long de la côte ouest qui regorge de mouillages organisés ou sauvages. 

Informations pratiques

Transports

Transport aérien 
L’aéroport international de Hewanorra se trouve au sud de l'île, à Vieux Fort, soit à 60 km de Castries. Il existe des vols directs Londres-Sainte Lucie. 
L'aéroport George FL Charles Airport, appelé "Vigie" et situé à proximité de la capitale Castries, est desservi par les vols régionaux inter-îles. La compagnie Air Caraïbes propose des liaisons aériennes avec la Martinique, tandis que LIAT est reliée à la Barbades, Saint-Vincent, Trinidad et Antigua. Attention, les horaires sont susceptibles d'être modifiés au dernier moment selon le taux de remplissage des vols et les passagers ne sont pas toujours bien informés.

Transport maritime 
L’Express des Iles dessert Sainte-Lucie depuis la Martinique, la Guadeloupe, Marie Galante et les Saintes. Attention, les horaires et les jours de départ ne sont pas fixes et il est conseillé de vérifier au préalable. West Indies propose également des liaisons quotidiennes la semaine depuis la Martinique. Rien à dire sur le service de la compagnie et le confort à bord, toutefois il est préférable de savoir que l'accueil à l'arrivée à la gare maritime n'est pas des plus plaisants et que les formalités douanières peuvent prendre un certain temps.

Transports sur place 
Les taxis locaux sont disponibles depuis les aéroports et la gare maritime. Il est possible de réserver un taxi pour faire le tour de l'île. 

La location de voiture permet d'être plus indépendant, mais mieux vaut aimer rouler à l'aventure... Ne pas oublier de rouler sur le côté gauche de la route ! Les panneaux de signalisation ne sont qu'une option sur l'île, aussi est-il conseiller de se munir d'une bonne carte et de se renseigner au préalable sur la destination. Le permis de conduire international est requis et si la compagnie de location ne vous fournit pas la prestation, il suffit pour cela de se rendre dans un poste de police munis de votre permis national et du contrat de location. Le conducteur doit être âgé de 25 ans au minimum et justifier d'au moins trois ans de permis. Il est conseillé d'opter pour un 4x4, les routes n'étant pas toujours de bonne qualité (nombreux nids-de-poule, pentes très abruptes, éclairages nocturnes aléatoires, routes secondaires peu praticables...) et pouvant être particulièrement sinueuses.

Un réseau de mini bus de 8 à 10 places dessert les principaux villages de l'île au départ de Castries jusqu'à 19h00 tous les jours. Si vous ne repérez aucun panneau de bus, il suffit de faire signe au chauffeur pour qu'il s'arrête.

Infos pratiques

Langue Bien que l'anglais demeure la langue officielle, la population locale parle au quotidien le créole à base lexicale française. C’est la langue maternelle de 75% des habitants de Sainte-Lucie. 
Religion
90% de catholique romain, 7% de protestants, 3% d'anglicans
Devise Le dollar des Caraïbes de l'est (XCD) est la monnaie locale. 1 XCD = 100 cents 1 USD = 2.69 XCD 1 EUR = 3.59 XCD 
Régime politique Sainte-Lucie fait partie du Commonwealth britannique. Indépendante de la Grande-Bretagne depuis 1979, l'île repose sur une démocratie parlementaire stable. 
Economie Pays relativement pauvre, le tourisme fait vivre une partie importante de la population, avant le secteur de l'agriculture et de la pêche. Les activités financières sont en pleine croissance, mais restent faibles en comparaison d'autres îles des Caraïbes.
Géographie L'île s'étend sur une superficie de 616 km2, soit une longueur de 43 km et une largeur de 23 km. Le Mont Gilmie culmine à 950 mètres au cœur de l’île de Ste Lucie.

Meilleure période pour votre visite

Grâce à son climat subtropical, Sainte-Lucie offre des températures agréables durant toute l'année. La saison sèche qui s'étend de décembre à mai est la plus idéale pour profiter des températures chaudes adoucies par les alizés.

Activités durables

Côté mer
Vous pouvez envisager tout type d'activités nautiques sur la côte ouest : observation de mammifères marins avec une approche respectueuse, excursions en bateau, location de bateaux à voiles ou de kayak... Mais le must demeure la plongée sous-marine, Sainte-Lucie étant reconnue comme l'un des meilleurs sites de la Caraïbe, notamment pour la richesse de ses récifs coralliens et pour la topographie des fonds marins, dont certains endroits portent les noms évocateurs de superman's flight, fairy land... 

Côté terre

Les randonnées au coeur de la forêt tropicale s'imposent pour découvrir la richesse de la faune - surtout au niveau ornithologique - et flore ainsi que les cascades et rivières qui s'étagent à flanc de mornes. Le St. Lucia National Trust et le Department of Forestry (ministère des Forêts) proposent des balades guidées sur des sentiers aménagés. Diverses activités dépaysantes et enrichissantes sont proposées sur l'île, telle la visite de jardins botaniques ou créoles, de bassins d'eau sulfureuse bouillonnante ou d'îles protégées au riche passé historique, ou encore la découverte éco-touristique d'anciennes communautés créoles et de plantations de cannes à sucre et de cacao - Sainte-Lucie est reconnue pour produire une excellente qualité de cacao.

Grâce à une politique active de protection de son patrimoine naturel, Sainte Lucie permet d’observer, à l’état naturel, de nombreuses espèces quasiment disparues dans le reste du monde : perroquets, boa constrictor, iguane, agouti, opossum, manicou…

ENEZ'ACTUS

Culture et comportement complexe des Cétacés

Cultures et comportements évolués chez les Dauphins et Baleines
 

Le Chili stoppe un projet minier de 2.5 milliards

Le gouvernement chilien protège sa biodiversité marine

Premier voilier 100% Energie alternative au Vendée Globe: Conrad Colman

Conrad Colman, jeune Américain originaire de Nouvelle Zélande et vivant en Bretagne  est  le prem

Nouvelle Calédonie : inventaire de la biodiversité méconnue

Un inventaire de la biodiversité calédonienne est mené actuellement par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’ONG Pro-Natura International dans le vaste programme La Planète revisitée. Si l'archipel est connu pour son taux d’endémisme le plus élevé au monde, la petite faune demeure méconnue. Les scientifiques vont quadriller forêts, cours d’eau, montagnes et fonds marins pour y dénicher de nouvelles espèces.

Ouessant mise sur la relance agricole pour lutter contre la friche

La commune d’Ouessant et le Parc naturel régional d’Armorique lancent un appel à candidature dans le cadre de la mise en place de projets agricoles innovants et respectueux de l’environnement. L'élevage et le maraîchage permettraient de revitaliser et de mettre en valeur l'île tout en générant de l'emploi et des débouchés alliant tourisme et développement de produits locaux.

Atlantique : sabordage du projet de sanctuaire pour baleines

Lors de la 66ème réunion de la Commission baleinière internationale qui se tient en ce moment en Slovénie, les pays pro-chasse à la baleine ont à nouveau sabordé une proposition de sanctuaire de cétacés dans l'Atlantique Sud. Un signe décevant de l'influence politique continue du Japon qui poursuit la chasse commerciale sous couvert de recherches soit-disant scientifiques.

L'île Maurice collabore avec les Seychelles pour une pêche au thon durable

Les Seychelles et Maurice conjuguent leurs efforts en matière de conservation de stock de thon dans la région de l’océan Indien. Dans leur démarche visant à obtenir la certification du Marine Stewardship Council Certification (MSC), les autorités seychelloises ont sollicité l'île Maurice pour la signature d’un accord en faveur d'un nouveau projet d'amélioration de la pêche.

Parc de Saguenay-Saint-Laurent : renforcement des règles d'observation des baleines

Les nombreux utilisateurs du parc marin Saguenay-Saint-Laurent devront respecter de nouvelles règles à compter de janvier 2017. Parmi les nouvelles mesures figurent l'interdiction des jet skis et autres engins de plaisance motorisés et le renforcement des comportements à adopter en présence d’espèces en péril, tel le béluga du Saint-Laurent.

TripAdvisor boycotte les activités en interaction avec les animaux sauvages

Les activités touristiques où le contact avec les animaux sauvages ou les espèces protégées est permis sont en passe de devenir démodées grâce à l'annonce de Tripadvisor. Très influent, le géant du voyage en ligne vient d'annoncer qu'il cesse de vendre des billets pour ces activités et qu'il compte monter un portail éducatif consacré au tourisme avec des animaux.

Moorea : la biophonie, un outil convaincant pour le suivi sous-marin

Après quatre mois d’enregistrements, les scientifiques du Centre de recherches insulaires et de l'observatoire de l'environnement (Criobe) Moorea ont démontré que l’acoustique sous-marine permet d’identifier un environnement sain et que les aires marines protégées de l'île sont efficaces. Effectué dans quatre AMP de l’île et quatre zones non protégées, le suivi a en effet clairement permis de différencier les deux.