Ecomusée de Niou-Huella à Ouessant

Ecomusée du niou Ouessant @ Laetitia Scuiller EnezGreen
Ecomusée du niou Ouessant @ Laetitia Scuiller EnezGreen
Ouessant @ Hervé Bré EnezGreen
Ouessant @ Hervé Bré EnezGreen

La visite de l’écomusée de Niou-Huella est incontournable pour comprendre le patrimoine culturel des Ouessantins. Immersion dans le quotidien et les traditions des îliens de la mer d’Iroise au 19e siècle.

La maison du Niou premier écomusée de France

Comment s’organisait le quotidien des Ouessantins qui vivaient en autarcie avant l’arrivée des premiers bateaux ?

Premier écomusée de France, la Maison du Niou a ouvert ses portes en 1968 par le Parc Naturel Régional d’Armorique pour partager le quotidien de ses femmes et hommes s’adaptant aux rudes conditions de vie sur l’île d’Ouessant.

L’écomusée de Niou-Huella : la vie des Ouessantais au 19e siècle

En visitant l’écomusée de Niou-Huella, vous vous immergez complètement dans la vie des îliens au 19e siècle. Le musée est constitué de deux maisons typiques en pierre de taille orientées vers le sud, comme la plupart des habitations ouessantines, pour se protéger tant bien que mal des vents dominants.

La majorité des maisons ouessantines ont la même architecture  bâties vers la fin du 19e siècle, elles se dressent en murs épais montés en pierre de granite ajustée à la terre argileuse. Les couleurs bleue et blanche prédominent, depuis la barrière au bord du chemin jusqu’aux volets, sans oublier la décoration intérieure.

L’instinct écologique des îliens de la mer d’Iroise

Les visiteurs sont invités à pénétrer dans les deux pièces de la maison. D’un côté, la pièce à vivre ou « penn ludu » avec une cheminée, deux bancs coffres (qui servaient parfois de lits pour les enfants), deux lits clos ainsi que deux tables sculptées. De l’autre côté, la pièce « penn brao » où se déroulaient les grands événements, décorée d’assiettes, de bibelots et de chandeliers... Dans les couloirs, on peut observer des coffres à céréales, des réserves à viande salée et l’on trouve aussi la barre où était tué le cochon.

La visite permet d’ailleurs d’apprécier l’instinct écologique des îliens et de comprendre comment ils ont adapté leurs maisons pour résister aux conditions climatiques en construisant des murs solides avec des pierres de granites, des ouvertures de taille réduite, et des façades orientées au Sud afin de se protéger du vent du large...

Voir aussi : excursions éco touristiques Kalon Eusa proposées par Ondine Morin.

Ouessant, l’île aux femmes

Ici, tout prouve que l’île d’Ouessant était bien « l’île aux femmes » qui, en l’absence des hommes partis en mer, devaient se débrouiller pour tout, à savoir les travaux agricoles, l’élevage des animaux, la construction, l’empierrement des chemins et des parcelles...

Dépourvue de port de pêche, l’île n’était pas vraiment ouverte sur la mer. Toute la vie de l’île était d’ailleurs centrée sur le bourg de Lampaul situé à 3 km de l’embarcadère. Les décorations en bleu et blanc et les nombreuses représentations de la Vierge Marie et du Christ témoignent de l’importance de l’existence pieuse et mystique des Ouessantins.

À l’extérieur du musée, la meule de foin parée de tresses de paille et les parcelles encloses de murets de pierre sèche où pâturent les moutons d’Ouessant, une espèce endémique, témoignent de l’époque où les femmes assuraient seules les travaux agricoles et la survie de la famille.

Parmi les missions de l’écomusée, la préservation du patrimoine culturel et notamment du savoir-faire, des chants, des pratiques et croyances est très importante. Aussi, l’équipe du musée réunit une fois par mois les anciens autour d’un thème particulier. Ces « gorzez », discussions de femmes, sont l’opportunité pour les visiteurs de s’initier au filage de la laine à la quenouille, d’écouter des anecdotes sur la vie insulaire ou des chants bretons.

à retenir

Un site maritime d’exception ★★

  • Le site : Avec ses étendues de bruyère sauvage et ses côtes déchiquetées par les vagues puissantes de la Manche et de l’Atlantique, Ouessant est une destination d’exception pour les amoureux du grand large et les naturalistes dans l’âme.
  • Spécificité culturelle : Outre les paysages grandioses, l’île se distingue également par son organisation matriarcale. Surnommée « l’île des Femmes », Ouessant a eu longtemps la particularité d’être gérée par les femmes. Afin de pallier à l’absence prolongée des hommes souvent embarqués au long court dans la marine d’État ou la marine marchande, les Ouessantines tiraient leur subsistance de la culture, de la collecte d’algues et de l’élevage de quelques bêtes.

Premier écomusée de France ★

  • Présentation de la prestation : Premier écomusée de France, la Maison du Niou-Huella a ouvert ses portes en 1968 par le Parc Naturel Régional d’Armorique. La visite consiste à s’immerger dans le quotidien des îliens au 19e siècle et à découvrir le patrimoine culturel ouessantin à travers le mobilier, les objets de la vie quotidienne, les outils ou les costumes...
  • Sensibilisation à la sauvegarde de l’environnement et du patrimoine culturel : Outre la présentation de ses collections, l’Écomusée a pour mission la sauvegarde de la mémoire collective et la conservation des témoignages de la vie sociale et culturelle des Ouessantins qui participent à l’évolution de l’établissement. Au-delà du musée traditionnel, la maison du Niou-Huella est un lieu d’échanges et d’interrogation sur l’avenir. Regarder vers le passé, c’est comprendre la force des traditions dans un environnement en mutation dans le but de mieux appréhender l’avenir. Le musée est constitué de deux maisons typiques en pierre de taille orientées vers le sud, comme la plupart des habitations ouessantines, pour se protéger des vents dominants.

Des prestations bien organisées ★

Accessibilité : La maison du Niou-Huella propose diverses animations tout au long de l’année, dont la visite commentée du musée qui dure près d’une heure, des démonstrations du travail de la laine et des animations autour du mouton d’Ouessant.

NOTRE APPRÉCIATION

Site / environnement
2
Qualité prestation
1
Politique durable
1

Informations utiles

Tarif « à partir de » *: 3.80
* par adulte et 2.80€ pour les enfants de 8 à 14 ans, gratuit pour les - de 8 ans Billet jumelé avec le musée des Phares et Balises : 7€ Vacances d'hiver, février, Pâques et Toussaint : 10h30 - 17h30 Avril à septembre : 10h30-18h30 Novembre, décembre : 13h30-17h Vacances de Noël : 10h30-17h30 Hors vacances, janvier, février, mars, octobre : 13h30-17h30
Période d'ouverture:
Toute l'année