Ile Maurice - Laëtitia Scuiller EnezGreen

L'île Maurice collabore avec les Seychelles pour une pêche au thon durable

Les Seychelles et Maurice conjuguent leurs efforts en matière de conservation de stock de thon dans la région de l’océan Indien. Dans leur démarche visant à obtenir la certification du Marine Stewardship Council Certification (MSC), les autorités seychelloises ont sollicité l'île Maurice pour la signature d’un accord en faveur d'un nouveau projet d'amélioration de la pêche.

Les Seychelles visent la certification MSC pour une pêcherie mieux gérée

Le projet vise à acquérir la certification du Marine Stewardship Council (MSC), qui est actuellement la certification la plus connue dans le monde, avec tous les intervenants impliqués, soit les Seychelles, Maurice, Princes Ltd, Thai Union Europe, les flottes de senneurs et le Fonds Mondial pour la Nature (WWF).

L'accord signé prévoit qu'au cours des cinq prochaines années, les partenaires travailleront en étroite collaboration avec la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI) pour surveiller la capture d'environ 40 thoniers senneurs battant pavillon français, italien, espagnol, mauriciens et seychellois. Les thons albacore, listao et thon obèse capturées par les senneurs opérant dans les eaux de l'océan Indien, sont les espèces cibles de ce nouveau projet. 

Lire aussi : Seychelles : une réduction de 20% de la pêche au thon albacore réclamée

Une réduction de 15 % des allocations de pêche de thons albacore afin de reconstituer le stock de cette espèce

Des sociétés d’audit indépendantes délivrent des certifications MSC pour 5 ans avec des évaluations annuelles. Pour répondre au cahier des charges de la certification, les pêcheries sont obligées de bien connaître les ressources qu’elles exploitent. Elles doivent ainsi avoir prévu un système de gestion si le stock diminue et pouvoir rapidement réagir.

La CTOI prévoit d'ores et déjà de réduire de 15 % les allocations de pêche de thons albacore à partir de l’année prochaine en vue de reconstituer le stock de cette espèce dans cette région de l’océan Indien.

A défaut d’être parfaite, cette certification a le mérite d’exister et de garantir une certaine traçabilité des ressources et de survie des stocks de poissons comme le respect des périodes de fraie ou encore la taille des prises.

 

Sources : Le Mauricien