Enez'actualité

Canada : les orques menacées par la pollution sonore des navires

Orques @ Laëtitia Scuiller EnezGreen

La pollution sonore du trafic maritime met en péril les orques résidant au large des côtes de la Colombie britannique qui dépendent du son pour communiquer et trouver de la nourriture. La population résidentes réduite à seulement 85 individus doit faire face à plusieurs menaces dont la diminution du saumon, leur nourriture principale et la pollution anthropique.

Pour les orques résidentes du sud, qui vivent dans le détroit de Haro, entre Victoria, la capitale de Colombie-Britannique, et Seattle, le son est le fondement de leur culture.

La population d'orques résidentes de cette partie sud des côtes canadienne du pacifique ne compte plus que 85 individus. Les menaces auxquelles elles sont confrontées sont multiples. Le saumon qui compose la majeure partie de leur alimentation a diminué de façon spectaculaire en raison de l'exploitation forestière. Les fermes piscicoles contribuent à intensifier les maladies, tandis que les villes et les fermes engendrent détournement et pollution des cours d'eau. Des niveaux élevés de polluants organiques persistants introduits par l'homme contaminent également les baleines.

La pollution sonore du trafic maritime peut provoquer des pertes d'audition des orques jusqu'à 97% !

La pollution sonore pourrait être la goutte d'eau qui fait déborder le vase, d'après Rob Williams, biologiste marin co-fondateur de l'Initiative des Océans, une association à but non lucratif basée sur l'île de Vancouver. « Il n'y a pas que les bruits épisodiques et intenses d'opérations navales ou issues de l'activité industrielle qui peuvent conduire les mammifères marins à s'échouer sur les plages. Le trafic maritime quotidien, en particulier les cargos qui transportent des volumes de marchandises titanesques et apportent la grande majorité de tout ce que nous portons ou mangeons nuisent également aux baleines et autres animaux marins. »

« Les niveaux de bruit médians sont suffisamment élevés pour provoquer chez les orques une perte de 62% de leur capacité à communiquer avec l'autre », explique Williams. « Quand cela est extrêmement bruyant, quand il y a beaucoup de trafic maritime, cela peut monter jusqu'à 97% ! »

Sources : Takepart