Rangiroa Tuamotu Tiputa @ Laetitia Scuiller
Rangiroa Tuamotu - Hervé Bré EnezGreen
Rangiroa Tuamotu - Hervé Bré EnezGreen
Rangiroa Tuamotu Tiputa - Laetitia Scuiller

Carte

Activités et Loisirs

Situé au bord du lagon de Rangiroa, entre les fameuses passes d'Avatoru et de Tiputa, l'hôtel Maitai offre une base idéale et confortable pour profiter pleinement des paysages paradisiaques de l'...
Idéalement située au bord de la passe et dotée de fares traditionnels, cette structure d'accueil immerge ses hôtes dans la splendide nature sauvage de Rangiroa. Un séjour aux premières loges de...
Pionnier de la plongée sous-marine aux Tuamotu, ce guide naturaliste vous réserve des rencontres exceptionnelles avec les espèces les plus fascinantes des Tuamotu.
Idéalement situé au bord du lagon, le centre de plongée The Six Passengers réunit toutes les conditions pour découvrir les passes mythique de Rangiroa, Tiputa et Avatora réputées pour les...
Archipel
Atouts géographiques

L'Atoll, une île au format particulier

 

Les Tuamotu sont composés de vastes anneaux de corail et de sable posés sur l'immensité du Pacifique. L'archipel compte 76 atolls ( parmi les 425 atolls que compte la planète ! ) : petits, grands, ronds, ovales ou rectangulaires, ils sont alignés sur 1500 kilomètres dans un axe Sud/Est - Nord/Ouest. Leurs dimensions peuvent s'avérer généreuses, comme celles de Rangiroa avec ses mensurations de 83 km de long sur 33 km de large, qui pourrait contenir Tahiti dans son lagon ! S'étendant sur  60 km de long et23 km de large, Fakarava n'est pas loin derrière et ressemble presque à une petite mer intérieure aux couleurs émeraude.

 

L'atoll, une formation géologique originale

 

Les Tuamotus se situent au dessus d'une faille sous-marine correspondant à la rencontre de la plaque tectonique du pacifique et de celle de Nazca qui s'étend juqu'aux côtes du Chili. La zone est instable et favorise l'activité volcanique à des fréquences qui sont à l'échelle de la création du monde. Toujours est-il qu'à la place de la mer située dans l'atoll de Rangiroa se trouvait autrefois une montagne dépassant les deux mille mètres à la périphérie de laquelle émergeait un récif. Le mouvement des plaques tectoniques ayant provoqué l'enfoncement et la disparition des îles, n'ont demeuré que les récifs où la vie s'est maintenue en se développant vers la lumière au fur et à mesure que leurs supports sombraient dans l'océan. Une belle preuve de la capacité de résilience du vivant.  

 

Climat propice aux activités nautiques durables

 

L’archipel bénéficie toute l’année d'un climat chaud de type sub-tropical avec plus de 3000 heures d’ensoleillement par an. La température moyenne annuelle est de 26° C. Il n'existe pas de période climatique comportant des températures très élevées, elles sont toujours tempérées par l'océan. De plus, la faible élévation du relief ne constitue pas d'obstacle à la circulation de la brise ou des vents, comme c'est le cas pour certaines îles hautes. Il exite une période plus humide qui s'étend de novembre à avril, au cours de laquelle des cyclones ou fortes dépressions tropicales avec d'importantes chutes de pluie sont toujours possibles. Ces tempêtes sont néanmoins surveillées et les différentes îles mises en état d'alerte si nécessaire. Les précipitations varient entre 1200 et 2500 mm à l'année.
 
La température de l’eau est relativement constante et varie entre 26°C et 29°C selon les périodes de l’année. 

Contexte environnemental

La passe, le poumon de l'atoll

L'anneau corallien de faible altitude est entaillé de passes profondes d'une trentaine de mètres de profondeur qui permettent une ouverture du lagon sur l'océan, ainsi que d'une multitude de petits bras, les hoas, qui sont envahis par la mer à chaque marée montante.
Les passes se situent à l'emplacement des lits des anciennes rivières qui se déversaient des contreforts des îles aujourd'hui disparues. L'écoulement de l'eau douce puis des courants marins qui ont pris le relais, ont ainsi empêché l'implantation et le développement du vivant et en particulier du corail. Les passes vivent au rythme de la lune qui provoque sous ces latitudes un marnage moyen d'une soixantaine de centimètres. Ce phénomène de marée occasionne un vidage et remplissage partiel de l'atoll toutes les six heures. Cette sorte de respiration provoque dans les passes un fort courant pouvant atteindre jusqu'à huit noeuds ! Ce courant indispensable à la propagation de la vie dans les océans est l'élément clef de la présence d'une biodiversité exceptionnelle à ces endroits.
La dispersion des larves augmente l'aire de répartition géographique des espèces, ce qui explique que quelques kilomètres de récifs coralliens abritent autant d'espèces. 
La Polynésie française compte ainsi 800 espèces de poissons. Pour les mêmes raisons, les premiers habitants des Tuamotu se sont installés à proximité des passes afin d'y prélever plus aisément leur nourriture essentielle : le poisson.
Economie maritime

Compte tenu de la configuration de cette partie du Pacifique, l'une des activités économiques majeure demeure la pêche. Il s'agit d'une pêche essentiellement artisanale qui s'organise souvent autour de dispositifs de concentration de poissons fixes, installés en pleine mer.   

Le coprah, l'albumen séché des noix de cocos, fait partie des activités ancestrales qui perdurent.  Une fois ramassé et séché, le coprah est expédié vers Tahiti à destination d'une usine de transformation pour en extraire l'huile qui est utilisée en particulier pour la fabrication du Monoï.  Par ailleurs, la perliculture a vu le jour dans les années 1980. Après avoir épuisé le stock d'huîtres sauvages, dont les perles servaient de monnaie d'échange lors de l'arrivée des Européens, l'élevage d'huîtres perlières prit la relève. Aujourd'hui, plusieurs dizaines de fermes sont installées sur les différents atolls des Tuamotu.  Enfin, le tourisme est devenu avec l'avènement du transport aérien une composante majeure du développement économique de ces îles. Les chiffres demeurent malgré tout modestes puisque le total des touristes de Polynésie Française est inférieur au nombre de touristes que peut accueillir une petite île comme le Parc National Français de Port-Cros situé en Méditerranée.
Evènements nautiques

Un site naturel privilégié pour la pratique des sports nautiques

Les Polynésiens ont pris tardivement conscience du potentiel que représentent les atolls de par leur singularité et leur beauté naturelle.  Si la pêche a permis de tout temps la capture de nombreuses variétés de poissons, c'est la plongée bouteille qui permet de préciser les données.Dans les années 80, des plongeurs équipés de bouteilles explorent les profondeurs et inventorient les sites et en particulier les passes. On découvre alors que des concentrations incroyables de poissons peuplent les eaux polynésiennes. Parmi les nombreuses espèces de requins présentes, les concentrations des magnifiques requins gris de récif (Carcharhinus amblyrhynchos ou raira en tahitien) sont les plus impressionnantes : plusieurs centaines de ces squales se rassemblent dans les passes et font partie des plus importantes concentrations de requins dans le monde. Aujourd'hui, la plongée sous-marine est un élément de développement économique majeur, la Polynésie française et tout particulièrement les Tuamotu, étant classés parmi le Top Ten des destinations de plongée dans le monde. On considère d'ailleurs que les trois-quarts de la biodiversité de cette partie du Pacifique sont concentrés à proximité des passes principales.  
Plusieurs activités se mettent également en place comme la voile avec la location de bateaux ou le charter, la pratique du kayak de mer ou encore le snorkeling.
Autres

Une riche histoire maritime

La qualité des connaissances des anciens Polynésiens en matière de navigation maritime demeure encore à ce jour une véritable énigme. Il ne fait aucun doute que ce peuple s'est déplacé au quatre coins du Pacifique bien avant que les premiers occidentaux découvrent ces îles enchanteresses. Les moyens étaient rudimentaires et la navigation ne pouvait s'effectuer qu'en ayant mis au point des techniques basées sur l'observation de la nature.  

La double pirogue polynésienne
Plusieurs modèles de pirogues furent observés et dessinés par les premiers Européens qui fréquentèrent ces îles. Parmi ceux-ci la pirogue des Tuamotu qui était parfaitement adaptée à la navigation lagonaire. Elle était composée de deux coques réunies par des poutres et un plancher où une hutte en végétal permettait d'abriter ses occupants. Deux mâts permettaient d'établir des voiles fabriquées à partir de végétaux. 

Une mauvaise réputation auprès des navigateurs européens

 Le premier Européen à atteindre les Tuamotu fut Magellan en 1521. Il fut suivi par le navigateur Portugais Pedro Fernandez de Quiro en 1606. Puis, vint le tour du célèbre navigateur Hollandais Le Maire qui, après avoir doublé le Cap Horn, découvrit entre autres les atolls de Takapoto, Takaroa, Manihi et Rangiroa. L'archipel qui devint français en 1880, a souffert d’une mauvaise réputation auprès des navigateurs et même des plus célèbres. Qualifiées de « Mauvaises eaux » par William Schouten en 1616, de « Labyrinthe » par Jacob Raggeveen en 1922, ou d’« Archipel dangereux » par Louis Antoine de Bougainville en 1768, les îles Paumotu ou îles basses en langue locale, n’étaient pas faciles à repérer et leurs récifs à fleur d’eau étaient très redoutés. 

Monoculture des cocoteraie

L'arrivée des Européens changea la vie des Paumotu, les habitants des atolls. Les ressources alimentaires en furent même modifiées ; si le poisson constitue encore aujourd'hui une des composantes essentielles de l'activité et de l'alimentation, il en va différemment des cultures vivrières. Des fouilles archéologiques récentes ont mis à jour des traces de fosses servant à la culture de légumes comme le tarot. Les végétaux présents à l'époque en quantité sur ces îles permettaient la fabrication d'humus qu'on logeait dans les fosses pour pallier à la pauvreté des terres constituées essentiellement de sable et de corail. Hélas, pour des raisons économiques de l'époque, il fut décidé de planter des cocotiers, comme se fût le cas pour de nombreuses destinations insulaires du Pacifique. Ceux-ci se développèrent au détriment des végétaux endémiques, et petit à petit la culture vivrière disparut. L'impact se mesure encore aujourd'hui puisqu'il est nécessaire de faire venir à grands frais par bateaux, des légumes et des fruits cultivés parfois à des milliers de kilomètres.

 
Mer / Océan: 
Océan Pacifique

EN BREF

Des anneaux de corail à fleur d’eau disséminés comme des confettis azur sur l’océan… Des eaux poissonneuses riches en faune et prédateurs renfermant les plus beaux jardins de corail de Polynésie.

Perdu au milieu du Pacifique, l’archipel des Tuamotu, "îles lointaines" en polynésien, offre une incroyable aire de navigation et de plongées à sensation.

Les Tuamotu représentent un ensemble d'îles formé entre 40 et 60 millions d'années qui s'étend sur une surface équivalente à celle de l'Europe.

On y dénombre 76 îles coralliennes, les atolls, qui se distinguent par leur riche biodiversité marine.

Véritables paradis marins, Fakarava et ses atolls voisins ont été classés Réserve de Biosphère des Tuamotu. 

Informations pratiques

Transport

Vous pouvez vous rendre à Rangiroa ou Fakarava en avion ou en bateau. 
Basée à Tahiti, la société ARANUI propose des traversées en bateau aller, aller/retour ou des combinés permettant de faire un stop ou de débarquer aux Tuamotu, dont Rangiroa, sur le chemin des légendaires Iles Marquises. La prestation à bord est excellente et l'ambiance authentique et chaleureuse.   

La desserte aérienne est assurée par la compagnie locale Air Tahiti avec des rotations variables suivant l'importance des îles desservies. Il existe néanmoins plusieurs vols quotidiens entre Tahiti et Rangiroa. Si vous souhaitez visiter plusieurs îles, il est conseillé d'opter pour le pass qui permet de bénéficier d'un meilleur tarif. La prestation est bonne mais n'oubliez pas d'ajouter à chaque tronçon un supplément pour les excédents de bagages. Si vous effectuez 5 à 6 tronçons cela peut s'avérer onéreux. Vous êtes en effet limité à 20 Kg en extension d'un vol international auquel vous pouvez ajouter 5 kg pour vos équipements si vous possédez une licence de plongée par exemple.

Rangiroa, un bon niveau de service malgré l'isolement

Rangiroa est équipé d'une piste d'atterrissage pour moyen porteur comme les ATR 72 d'Air Tahiti ou les petits jets privés. Vous trouvez des hôtels de différentes gammes, des pensions de famille ou des gîtes à la location.

Vous trouvez tout type de restaurants avec une cuisine française ou tahitienne qui fait honneur aux produits locaux, dont le poisson bien sur. Vous pouvez acheter des produits de première nécessité sur place dans les petits supermarchés locaux. Le français est la langue officielle. Les Paumotu, habitants des Tuamotu, parlent le Paumotu et les plus jeunes s'expriment également en anglais.

Deux médecins sont présents sur l'île, ainsi qu'un dentiste et une pharmacie. En cas d'urgence, une procédure d'évacuation sanitaire est prévue par avion vers le tout récent hôpital de Tahiti.  Pour les plongeurs, une procédure d'évacuation vers le caisson hyperbare de ce même hôpital est également possible.

Activités durables

Vous pouvez envisager tout type d'activités nautiques durables à Rangiroa comme à Fakarava: excursions en bateau avec un guide, location de bateaux à voiles, location de kayak ou pêche avec un petit pêcheur local... Mais le must demeure la plongée sous-marine, Rangiroa étant reconnu comme l'un des meilleurs spots mondiaux et notamment pour la rencontre avec les prédateurs.

Meilleure période pour votre visite

C'est entre juin et août que les températures de l'air sont les plus agréables - 28°C en moyenne dans la journée et 23°C la nuit - Un climat plus aéré que le reste de l'année qui vous permet de bien récupérer de vos activités de la journée.

ENEZ'ACTUS

Culture et comportement complexe des Cétacés

Cultures et comportements évolués chez les Dauphins et Baleines
 

Le Chili stoppe un projet minier de 2.5 milliards

Le gouvernement chilien protège sa biodiversité marine

Premier voilier 100% Energie alternative au Vendée Globe: Conrad Colman

Conrad Colman, jeune Américain originaire de Nouvelle Zélande et vivant en Bretagne  est  le prem

Nouvelle Calédonie : inventaire de la biodiversité méconnue

Un inventaire de la biodiversité calédonienne est mené actuellement par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’ONG Pro-Natura International dans le vaste programme La Planète revisitée. Si l'archipel est connu pour son taux d’endémisme le plus élevé au monde, la petite faune demeure méconnue. Les scientifiques vont quadriller forêts, cours d’eau, montagnes et fonds marins pour y dénicher de nouvelles espèces.

Ouessant mise sur la relance agricole pour lutter contre la friche

La commune d’Ouessant et le Parc naturel régional d’Armorique lancent un appel à candidature dans le cadre de la mise en place de projets agricoles innovants et respectueux de l’environnement. L'élevage et le maraîchage permettraient de revitaliser et de mettre en valeur l'île tout en générant de l'emploi et des débouchés alliant tourisme et développement de produits locaux.

Atlantique : sabordage du projet de sanctuaire pour baleines

Lors de la 66ème réunion de la Commission baleinière internationale qui se tient en ce moment en Slovénie, les pays pro-chasse à la baleine ont à nouveau sabordé une proposition de sanctuaire de cétacés dans l'Atlantique Sud. Un signe décevant de l'influence politique continue du Japon qui poursuit la chasse commerciale sous couvert de recherches soit-disant scientifiques.

L'île Maurice collabore avec les Seychelles pour une pêche au thon durable

Les Seychelles et Maurice conjuguent leurs efforts en matière de conservation de stock de thon dans la région de l’océan Indien. Dans leur démarche visant à obtenir la certification du Marine Stewardship Council Certification (MSC), les autorités seychelloises ont sollicité l'île Maurice pour la signature d’un accord en faveur d'un nouveau projet d'amélioration de la pêche.

Parc de Saguenay-Saint-Laurent : renforcement des règles d'observation des baleines

Les nombreux utilisateurs du parc marin Saguenay-Saint-Laurent devront respecter de nouvelles règles à compter de janvier 2017. Parmi les nouvelles mesures figurent l'interdiction des jet skis et autres engins de plaisance motorisés et le renforcement des comportements à adopter en présence d’espèces en péril, tel le béluga du Saint-Laurent.

TripAdvisor boycotte les activités en interaction avec les animaux sauvages

Les activités touristiques où le contact avec les animaux sauvages ou les espèces protégées est permis sont en passe de devenir démodées grâce à l'annonce de Tripadvisor. Très influent, le géant du voyage en ligne vient d'annoncer qu'il cesse de vendre des billets pour ces activités et qu'il compte monter un portail éducatif consacré au tourisme avec des animaux.

Moorea : la biophonie, un outil convaincant pour le suivi sous-marin

Après quatre mois d’enregistrements, les scientifiques du Centre de recherches insulaires et de l'observatoire de l'environnement (Criobe) Moorea ont démontré que l’acoustique sous-marine permet d’identifier un environnement sain et que les aires marines protégées de l'île sont efficaces. Effectué dans quatre AMP de l’île et quatre zones non protégées, le suivi a en effet clairement permis de différencier les deux.