• Français
  • English

Molène

Accueil > Atlantique > Molène
phoques communs Molène Bretagne @Laetitia Scuiller
Archipel de Molène Hervé Bré EnezGreen
Archipel de Molène Hervé Bré EnezGreen
Archipel de Molène Hervé Bré EnezGreen

Situé entre la pointe Saint-Mathieu et Ouessant, Molène étire son chapelet d’îlots verdoyants bordés de plages de galets blancs et ses récifs escarpés où nichent des milliers d’oiseaux de mer. L’archipel est une sorte d'écrin préservé où cohabitent un groupe de grands dauphins sédentaires et la plus grande colonie de phoques gris des côtes françaises. Un véritable paradis de nature sauvage protégé par un nombre impressionnant de dispositifs réglementaires : site du Conservatoire du Littoral, réserve Naturelle, réserve de chasse et de faune sauvage, réserve de biosphère et dernièrement parc naturel marin… Molène dispose d'un port naturel abrité qui lui a permis de faire de la pêche son activité principale. Aujourd'hui, l'île qui ne compte plus qu'une poignée de pêcheurs professionnels, s'oriente principalement vers le tourisme qui demeure encore confidentiel.

Embarquez avec l'équipe d'Archipel Excursions, cap sur l’archipel de Molène, à la découverte d’un espace naturel grandiose...

La découverte de l'archipel de Molène en kayak de mer est idéale pour approcher respectueusement la précieuse biodiversité marine...

Passer la nuit dans une caloge ou dans une quille en l'air sur la Presqu'île de Crozon est une expérience originale. Les écogîtes...

Surplombant la mer, l'établissement propose des produits de la mer frais dans une ambiance authentique.

Activité aquatique inédite, le raid canyon permet de découvrir les falaises côtières au niveau de la mer et de s'aventurer dans...

Partir à la rencontre des phoques gris de l’archipel de Molène en palmes, masque et tuba.

Propriété du Conservatoire du littoral, l'île de Quéménès est devenue un modèle de développement durable. Des séjours sont...

Découverte du patrimoine maritime de l’archipel de Molène en compagnie d’un guide local passionné.

C'est l'un des endroits les plus sauvages de Bretagne. Véritable paradis naturel réputé pour sa faune et sa flore préservée, Molène attire les plaisanciers pendant la période estivale. L'archipel est posé sur un plateau d'écueils et de rochers à fleur d'eau et il est donc fortement recommandé de vérifier les conditions météo et les marées et de disposer d'une bonne carte pour y naviguer. Si par beau temps, l'archipel apparaît comme un havre de paix reposant sur des eaux limpides, les habitants savent que la mer peut changer d'humeur et peut devenir très dangereuse, emportant sur son passage jusqu'au clocher de l'église lors d'un violent orage en 1971 !

La richesse de l’archipel de Molène est reconnue par un nombre important de dispositifs réglementaires lié à la protection de la nature : site du Conservatoire du Littoral, réserve Naturelle, réserve de chasse et de faune sauvage, réserve de biosphère... Gérée par le Parc naturel régional d'Armorique depuis sa création en 1988, la Réserve de Biosphère de la mer d'Iroise est la seule réserve de biosphère insulaire de France métropolitaine. Elle bénéficie de la proximité d'un pôle de recherche sur le littoral et la mer installé à Brest. Elle s'étend sur 20 600 hectares et comprend les îles habitées de Ouessant et Molène ainsi qu'un archipel constitué d'une vingtaine d'îlots situés sur le territoire communal du Conquet.

Créée en 1992, la Réserve naturelle de la mer d'Iroise a permis d'interdire la chasse et la cueillette sur les îles de Balanec, Bannec et Trielen, et d'en contrôler l'accès, notamment durant les périodes de reproduction des oiseaux, tels que les goélands bruns, argentés et marins, la sterne caugek, la sterne pierregarin, l’huîtrier-pie et le grand gravelot. D'une superficie totale de 39,5 ha, la réserve est gérée par l'association Bretagne Vivante SEPNB qui propose au grand public de découvrir ces espaces protégés au sein de la Maison de l'environnement insulaire, située à Molène.

Créé en 2007, le Parc Naturel Marin d’Iroise est le premier du genre en France. Son but principal est de protéger ce patrimoine exceptionnel qui compte entre autres de nombreuses espèces d'oiseaux marins ainsi que des groupes résidents de grands dauphins et de phoques gris, et recèle plus de la moitié des espèces d’algues présentes dans toutes les mers d’Europe. Son rôle consiste également à préserver une activité économique durable au sein du parc marin.

Pourtant, l'ensemble des dispositifs réglementaires mis en place au fil des ans, se superposent tel un millefeuille de mesures de protection dans lequel le sort des insulaires n'est pas souvent pris en considération. Les Molénais, dont la population est décroissante, s'attendaient à voir se développer des activités professionnelles liées à la mise en valeur de leurs formidables patrimoines naturel et culturel. Si les plaquettes de présentation de l'archipel sont belles, le sort des insulaires est moins reluisant, faute de volonté politique pour soutenir durablement une activité économique durable. À défaut d'emplois, les Molénais - et principalement la nouvelle génération - sont contraints de s'installer sur le continent et l'avenir de l'île demeure plus préoccupant que jamais. Un constat d'autant plus déplorable que l'archipel possède un potentiel conséquent pour y développer des pratiques de pêches artisanales et des activités nautiques et touristiques respectueuses du milieu marin.

Excellents marins, les Molènais étaient également connus comme des sauveteurs héroïques, n’hésitant pas à participer aux opérations de sauvetage en mer les plus périlleuses, dont le fameux naufrage du paquebot anglais le "Drummond Castle" en 1896. Les quelques objets témoignant de ce naufrage sont exposés au sein du sémaphore qui est ouvert aux visites. Il est encore possible d'observer le réservoir d'eau offert par la reine Victoria aux îliens, en gratitude de leur geste héroïque pour sauver les naufragés britanniques.