Archipel des Saintes Guadeloupe @ Laetitia EnezGreen
Guadeloupe Tag @Hervé Bré EnezGreen

Carte

Activités et Loisirs

Situé à deux pas d'une plage paradisiaque et d'un spot de surf réputé, le Shambala Lodge est un véritable havre de paix enfoui dans un parc tropical luxuriant. À mi-chemin entre l’hôtel et la...
L'association Evasion tropicale propose des sorties en mer pour observer les cétacés. Avec près de 30 ans d'expérience, l'équipe est réputée pour son professionalisme et son approche respectueuse des...
Séjour au plus proche de la nature dans des écolodges immergés au coeur d'un parc tropical luxuriant où s'épanouissent oiseaux mulitcolors et la plus belle collection d'orchidées des Caraïbes.
Bungalows en bois conçus comme sur un bateau se distinguent par leur vue époustouflante sur la mer et leur décoration épurée pimentée de couleurs chatoyantes d'inspiration créole.
Avec ses cases créoles et ses cabanes nichées au coeur de la forêt tropicale, le Tendacayou écolodge and Spa garantit un séjour zen et authentique en symbiose avec la nature. 
Immergés dans la nature luxuriante et préservée de Basse-terre, les lodges de Beau Séjour Guest house combinent confort et charme suranné des cases créoles d'antan avec une vue splendide ...
Entre grottes, arches, canyons et tunnels, Eden plongée vous fait découvrir l’étonnante architecture et la riche faune et flore de Guadeloupe.
Activités nautiques durables et randonnées palmées au coeur du Parc National de la Guadeloupe avec Anbadlola. Découvrez la riche biodiversité de la réserve Cousteau à Malendure guidés par une équipe...
Archipel
Atouts géographiques

La Guadeloupe dispose de nombreux atouts, parmi lesquels un ancrage géographique facilitant les échanges avec les pays voisins, une richesse géographique permettant de diversifier les produits touristiques tels que le nautisme et le tourisme vert tout en valorisant l’archipel avec les petites îles paradisiques des Saintes, Marie-Galante et la Désirade, ainsi que des dispositifs de soutien à l’investissement attractifs.

La Grande-Terre, plate et aride, concentre l'activité touristique, avec les stations balnéaires de Gosier, Sainte-Anne et Saint-François, aux superbes lagons turquoise, appréciés des kitesurfeurs et véliplanchistes, tandis que la Basse-Terre est le royaume d'une nature exubérante. On peut y goûter la douceur de vivre à Deshaies, tester la plongée sous-marine à Bouillante, pratiquer des randonnées vers les cascades dans le luxuriant Parc national qui borde le volcan de la Soufrière, ou encore s'adonner au surf au large des plages de sable noir ou ocre...

Les petites îles du reste de l'archipel valent toutes le détour : la réserve de Petite-Terre est le paradis des iguanes. Marie-Galante, au rhum et aux plages réputés, offre une remontée dans le temps, loin du tourisme de masse. 

Si les côtes guadeloupéennes offrent de superbes fonds, le volcan domine le paysage de l'archipel... Soufrière bouillonne et grouille de vie, mais semble dormir pour l’éternité.

Contexte environnemental

Doté d'un patrimoine naturel exceptionnel et d'un taux d'endémisme important, l'archipel de la Guadeloupe constitue un haut lieu de la biodiversité mondiale. A ce titre, il est classé réserve de la biosphère.

Sur ce territoire d'environ 1.780 Km2 regroupant 7 îles habitées, les écosystèmes forestiers marquent les contrastes topographiques et paysagers. La forêt couvre ainsi 69.000 ha et se décompose en 4 grands types : la forêt dense humide dite forêt hygrophile, la forêt mésophile, la forêt sèche appelée xérophile et la mangrove englobant les milieux humides littoraux dont la forêt marécageuse.

L'ONF (office national des forêts) Guadeloupe gère 38.223 ha de forêts publiques - comprenant notamment les forêts domaniales, départementales et certaines sites du conservatoire du littoral - depuis le massif volcanique de la Basse-Terre aux falaises abruptes de la Grande-Terre.

A travers ses actions en faveur de l'environnement, du tourisme, de l'insertion économique et sociale, c'est toute la richesse naturelle et la diversité de l'archipel qui est protégée et mise en valeur.

Le Parc National de Guadeloupe, établissement public, a quant à lui pour principales missions de préserver le patrimoine naturel, de maintenir la diversité biologique et de contribuer au développement durable des territoires qui le concernent. Depuis 2007, le parc est signataire de la Charte Européenne du Tourisme durable dans les espaces protégés.

 

La réserve Naturelle du Grand Cul-de-Sac marin

La baie du Grand Cul-de-Sac Marin est délimitée dans sa partie marine par le plus long récif corallien (25 km de long) et dans sa partie terrestre par la plus large ceinture de mangrove, des Petites Antilles. La Réserve Naturelle est gérée par le Parc national de la Guadeloupe depuis 1991.

Ces deux aires protgées font partie du réseau mondial des Réserves de Biosphère de l’UNESCO qui met en oeuvre tous les moyens pour allier présence humaine et protection du patrimoine naturel.

 

Promotion des activités écotouristiques avec le label “Marque de Confiance”

L’une des actions du Parc dans le cadre de l’écotourisme est le soutien à certains prestataires touristiques, qui se sont engagés à exercer leurs activités dans une démarche de respect et de valorisation du patrimoine naturel et culturel de la Guadeloupe. 

Depuis 1998, le label “Marque de Confiance du Parc national de la Guadeloupe” concrétise cette démarche.

Ce sont des entreprises à taille humaine qui favorisent un accueil personnalisé, convivial et de qualité. Venant d’horizons différents mais partageant une même éthique environnementale et passionnés par leurs activités, ils font découvrir aux visiteurs une “autre” Guadeloupe, authentique par ses multiples richesses.

Par cette démarche, la volonté de l’Etablissement public est d’impulser un offre touristique organisée, avec une éthique environnementale et tournée vers la découverte des espaces protégés. Le dispositif concerne l’ensemble de l’archipel guadeloupéen et se traduit par un contrat de qualité concernant à ce jour quatre types d’activités : hébergements, sites aménagés, activités de pleine nature, activités marines.

L’obtention de la Marque passe par la satisfaction d’une série de critères. L’accent est mis sur les critères environnementaux comme la préservation et la valorisation du patrimoine naturel, la pédagogie à l’environnement, l’utilisation d’énergies renouvelables…, sans occulter les aspects sociaux, culturels et économiques, tels que la gestion et le développement de l’emploi, le soutien à l’économie locale, la valorisation du patrimoine culturel ou la communication et la promotion responsables.

 

Protection stricte des tortues marines

Autrefois, les eaux bordant l'archipel guadeloupéen abritaient des dizaines de milliers de tortues marines. Les plages accueillaient certainement les pontes de plusieurs milliers de ces reptiles (observation du père Du Tertre, 1670).
L'exploitation des tortueS marines depuis les débuts de la colonisation des Antilles par les Européens a abouti à une situation alarmante dès le dernier quart du XXème siècle :
Au début des années 1990, la situation est si catastrophique dans les Antilles françaises que la protection stricte des tortues marines apparaît indispensable. Deux arrêtés protégeant intégralement ces espèces sont pris successivement (1991 en Guadeloupe et 1993 en Martinique).
Cette mesure, relativement bien appliquée aujourd'hui, commence à porter ses fruits et permet d'espérer un accroissement d'observations des tortues sur les plages (pontes) et en mer.

En Guadeloupe il existe aujourd'hui un Réseau Tortue Marine Guadeloupe. Le réseau regroupe différentes associations, structures privées (dont des clubs de plongée) et établissements publics de la Guadeloupe. Ces structures sont regroupées dans un réseau coordonné par l'Association Kap'Natirel (2004-2009) et depuis février 2009 par l'ONCFS, spécialement mandatée par la Direction Régionale de l'Environnement 

 

Protection des herbiers et mangroves

Les herbiers sont constitués de plantes marines, les phanérogames, qui ne sont pas des algues mais bien des plantes avec des feuilles, racines et des fleurs.
En Guadeloupe, les herbiers couvrent près de 10.000 ha sous-marins et sont très développés dans le Grand Cul-de-Sac-Marin où l'on trouve six espèces différentes dont  Thalassia testudinum (ou herbe à tortue)
et Syringodium filiforme (ou herbe à lamentin).

Ces deux espèces et surtout Thalassia testudinum jouent un rôle écologique majeur en tant que nurserie et source de nourriture pour de nombreuses espèces récifales.
Ce sont les herbiers qui souffrent le plus des activités humaines et plus particulièrement de l'augmentation de la turbidité de l'eau dans les baies.
Par ailleurs, ils sont souvent détruits par les aménagements côtiers, comme la construction de ports, de jetées, le dragage des chenaux ou les mouillages forains.
Comme la mangrove, l'herbier retient les sédiments grâce à ses longues racines et rhizomes. Il apporte ainsi abri et nourriture aux organismes marins.

Evènements nautiques

La Route du Rhum-Destination Guadeloupe

La Route du Rhum est une course transatlantique en solitaire, d'environ 3 542 milles (environ 6 560 km) qui se court de Saint-Malo à Pointe-à-Pitre tous les quatre ans au mois de novembre. 

 Depuis 2010, la flotte est répartie en cinq catégories : Ultime, Multi50IMOCAClass40 et Rhum. L'organisation de la course est gérée par la société Pen Duick SAS.

 

Tour de Guadeloupe en voile traditionnelle

Chaque année en juillet, le Tour de Guadeloupe en Voile Traditionnelle offre un magnifique spectacle en mer. Né il y a maintenant plus de 10 ans, le TGVT regroupe aujourd’hui plus de 40 équipages qui sillonnent, pendant 10 jours, les côtes de l’Archipel sur leurs canots saintois. Ultime étape avant la Route du Rhum-Destination Guadeloupe, le TGVT est l’occasion également pour la collectivité de promouvoir l’arrivée de la Route du Rhum et les skippers guadeloupéens qui participeront à cette course mythique. A chaque étape, le village du TGVT regroupe artisans et producteurs locaux 

 

Le Karukera Kayak Challenge de Basse Terre de 20 km se déroule en janvier et est ouvert à tous les pratiquants - novices et confirmés- de kayak.

 

Ze Caribbean Race

Départ de Marie Galante, à Rivière Sens, plage de sable noir au pied des Monts Caraïbes et du volcan de la Soufrière. Poussé par les alizés, à  travers des paysages paradisiaques, vous pagayerez avec les meilleurs Paddlers mondiaux sur un parcours inédit.

En solo ou en relais,  Ze Caribbean Race, c’est tout simplement l’événement tropical par excellence du calendrier international de Stand Up Paddle 2015.

Autres

D’abord nommée « Karukéra » par les Amérindiens qui l’habitent, l’île prend le nom de Guadeloupe lorsque Christophe Colomb y aborde le 4 novembre 1493, en hommage à la Vierge protectrice des navigateurs, « Santa-Maria de Guadalupe ».

Mer / Océan: 
Mer des Caraïbes

EN BREF

Karukéra, l’île aux belles eaux comme la nommait ses premiers habitants les Amérindiens, se déploie tel un papillon sur l'arc des Antilles, à la fois battue par l’Atlantique et bercée par la mer des Caraïbes.

Des plages de rêve au pied d’un volcan tropical, des lagons turquoise encadrés de cocotiers et sable blanc… Si la Grande-Terre est une invitation à la détente, la Basse-Terre, plus sauvage, comble les amoureux de nature et de beaux paysages, tandis que les petites îles paradisiaques de Marie-Galante, des Saintes et de La Désirade, accessibles par bateau, permettent d'assouvir la quête d'évasion des plus avantureux.

Doté d'un patrimoine naturel exceptionnel et d'un taux d'endémisme important, l'archipel de la Guadeloupe constitue un haut lieu de la biodiversité mondiale. 

La baie du Grand Cul-de-Sac Marin est délimitée dans sa partie marine par un long récif corallien et dans sa partie terrestre par la plus large ceinture de mangrove des Petites Antilles. Ces deux aires protégées font partie du réseau mondial des Réserves de Biosphère de l’UNESCO qui met en oeuvre tous les moyens pour allier présence humaine et protection du patrimoine naturel.

Labellisé marque de confiance par le Parc National, un nombre croissant de prestataires s'inscrit dans la recherche d'un tourisme le plus respectueux possible de l'environnement. 

Informations pratiques

La préfecture de la Guadeloupe est la commune de Basse-Terre. Néanmoins, Pointe à Pitre s’est imposée comme la capitale économique de l’île. L’aéroport du Raizet se trouve à proximité et occupe une situation idéale dans l’île puisque parfaitement centrale.

Langue

La Guadeloupe est un département d’outre mer français depuis 1946. A ce titre, ses 450 000 habitants sont français. Outre le créole qui est la langue locale, le français est la langue courante.

Climat

Climat tropical très agréable toute l'année avec des température variant entre 26°C et 28°C !

Il fait bon vivre aux Antilles. Le soleil y est intense, autant que les pluies bienvenues et rafraichissantes. La mer est tiède, de 24°C en saison sèche à plus de 29°C.

Mai, juin et novembre sont des mois très agréables pendant lesquels l'île est en pleine floraison. La saison sèche qui s'étend de décembre à avril est également propice à la pratique d'acitivités nautiques.
De juillet à octobre, la saison humide, offre une atmosphère presque étouffante (30°C) mais heureusement rafraichie par les alizés et des averses diluviennes.
La période cyclonique d'août à septembre est la moins agréable et la plus risquée pour les pratiquants de voile.

Douane

Il est strictement interdit de transporter des végétaux vers la Guadeloupe dans l'intérêt de protéger les espèces particulièrement fragiles de la biodiversité de l'île et d'exporter végétaux et coquillages en dehors de l'île .

Transports locaux 

La location de voiture est indispensable pour parcourir librement les deux parties bien distinctes, Basse-Terre et Grande-Terre,

 ainsi que Marie-Galante. Les loueurs sont nombreux en Guadeloupe. Outre les grandes compagnies métropolitaines et internationales, de petites sociétés de location ont profité ces dernières années de la demande croissante des voyageurs. Il est néanmoins vivement conseillé de réserver avant votre arrivée en Guadeloupe en haute saison.

 

Des lignes de bus partent très régulièrement de Point-à-Pitre pour presque toutes les destinations. Il y a très peu d'arrêts de bus sur l'île. Dans la pratique, il faut lever le bras pour arrêter le bus depuis n'importe quel endroit sur la route, en s'assurant néanmoins qu'il est sécurisé. On s'arrête en actionnant la sonnette. Le paiement se fait uniquement en espèce. Ce n'est pas le moyen de locomotion le plus confortable mais c'est un bon moyen de rentrer en contact avec les gens. Il faut savoir que le parc de cars locaux est privé (sauf à l'intérieur de Pointe-à-Pitre) et que les horaires sont aléatoires, et les cars souvent surchargés. A partir de 19h, parfois plus tôt en basse saison, et les week-ends, plus aucun véhicule ne roule.

 

Les ferries vers les îles

Les îles des Saintes, Marie-Galante et de la Désirade sont facilement accessibles grâce à des liaisons régulières par bateau. Bon marché, les billets s'achètent sur place à l'embarcadère (Trois-Rivières ou Place de la Victoire de Pointe-à-Pitre pour les Saintes et Marie-Galante, Saint-François pour Marie-Galante et la Désirade) et vous mettent à quelques dizaines de minutes voire moins de ces petites perles posées sur l'eau.

Taxis en Guadeloupe

Si vous n'avez pas opté pour une voiture, Le taxi est la seule solution pour se déplacer en Guadeloupe le soir, très tôt le matin ou le week-end. Tous les taxis sont équipés d'un compteur. Le prix d'une course de l'aéroport à Pointe-à-Pitre est d'environ 15 euros. Pour Sainte-Anne, comptez 35 euros, et 60 euros pour Saint-François. C'est encore plus cher le soir, entre 20h et 6h : + 40% !

 

ENEZ'ACTUS

Premier voilier 100% Energie alternative au Vendée Globe: Conrad Colman

Conrad Colman, jeune Américain originaire de Nouvelle Zélande et vivant en Bretagne  est  le prem

Nouvelle Calédonie : inventaire de la biodiversité méconnue

Un inventaire de la biodiversité calédonienne est mené actuellement par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’ONG Pro-Natura International dans le vaste programme La Planète revisitée. Si l'archipel est connu pour son taux d’endémisme le plus élevé au monde, la petite faune demeure méconnue. Les scientifiques vont quadriller forêts, cours d’eau, montagnes et fonds marins pour y dénicher de nouvelles espèces.

Ouessant mise sur la relance agricole pour lutter contre la friche

La commune d’Ouessant et le Parc naturel régional d’Armorique lancent un appel à candidature dans le cadre de la mise en place de projets agricoles innovants et respectueux de l’environnement. L'élevage et le maraîchage permettraient de revitaliser et de mettre en valeur l'île tout en générant de l'emploi et des débouchés alliant tourisme et développement de produits locaux.

Atlantique : sabordage du projet de sanctuaire pour baleines

Lors de la 66ème réunion de la Commission baleinière internationale qui se tient en ce moment en Slovénie, les pays pro-chasse à la baleine ont à nouveau sabordé une proposition de sanctuaire de cétacés dans l'Atlantique Sud. Un signe décevant de l'influence politique continue du Japon qui poursuit la chasse commerciale sous couvert de recherches soit-disant scientifiques.

L'île Maurice collabore avec les Seychelles pour une pêche au thon durable

Les Seychelles et Maurice conjuguent leurs efforts en matière de conservation de stock de thon dans la région de l’océan Indien. Dans leur démarche visant à obtenir la certification du Marine Stewardship Council Certification (MSC), les autorités seychelloises ont sollicité l'île Maurice pour la signature d’un accord en faveur d'un nouveau projet d'amélioration de la pêche.

Parc de Saguenay-Saint-Laurent : renforcement des règles d'observation des baleines

Les nombreux utilisateurs du parc marin Saguenay-Saint-Laurent devront respecter de nouvelles règles à compter de janvier 2017. Parmi les nouvelles mesures figurent l'interdiction des jet skis et autres engins de plaisance motorisés et le renforcement des comportements à adopter en présence d’espèces en péril, tel le béluga du Saint-Laurent.

TripAdvisor boycotte les activités en interaction avec les animaux sauvages

Les activités touristiques où le contact avec les animaux sauvages ou les espèces protégées est permis sont en passe de devenir démodées grâce à l'annonce de Tripadvisor. Très influent, le géant du voyage en ligne vient d'annoncer qu'il cesse de vendre des billets pour ces activités et qu'il compte monter un portail éducatif consacré au tourisme avec des animaux.

Moorea : la biophonie, un outil convaincant pour le suivi sous-marin

Après quatre mois d’enregistrements, les scientifiques du Centre de recherches insulaires et de l'observatoire de l'environnement (Criobe) Moorea ont démontré que l’acoustique sous-marine permet d’identifier un environnement sain et que les aires marines protégées de l'île sont efficaces. Effectué dans quatre AMP de l’île et quatre zones non protégées, le suivi a en effet clairement permis de différencier les deux.

Extension de la réserve naturelle des Terres australes françaises

L’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises s’étendra sur plus de 600 000 km². Situé au sud de l’Océan indien, entre les 40e rugissants et les 50e hurlants, cet univers aussi magnifique qu’hostile, abrite des milliers d’espèces endémiques aux îles subantarctiques qui seront bientôt mieux protégées.

Ecosse : la plus grande zone de protection pour le marsouin d'Europe

Le gouvernement écossais a confirmé la création d’une zone spéciale de conservation (ZSC) de 13.540 km2 dans l’archipel des Hébrides pour le marsouin commun (Phocoena phocoena) qui est une espèce protégée. Si les marsouins sont encore les cétacés les plus répandus des eaux européennes et d'Écosse, leurs effectifs tendent à régresser à cause de la pollution marine et de la mort par noyade liée aux captures accidentelles.