Baleine à bosse Nouvelle Calédonie baie de Prony @ Hervé Bré
Humpback Whale @ Hervé Bré EnezGreen
Poingam.Gite@Herve.Bre-EnezGreen.com
Poingam.Gite@Herve.Bre-EnezGreen.com

Carte

Activités et Loisirs

Situé face au splendide lagon d'Ouvéa, au milieu d'un jardin tropical, l'hôtel Beaupré propose des bungalows confortables construits en matériaux locaux pour des vacances en toute autonomie.
Spécialiste de la randonnée en palmes, masque et tuba, Aqualagoon vous embarque à la découverte des trésors du récif et de l'îlot Tibarama. Rendre accessible à tous l'extraordinaire...
Le centre Kunié Scuba center vous emmène à la découverte de la zone marine de la tribu de Gadji qui offre un large panel de sites diversifiés, abrités et accessibles à tous les niveaux.
Fort de plus de 10 ans d'immersion dans la région, le centre de plongée Tiéti Diving vous fait découvrir un relief percé de failles, arches et canyons où s’épanouit toute une faune colorée et...
Ce magnifique beach resort est parfaitement intégré dans le paysage édénique de la baie de Kanuméra, sur la célèbre Ile des Pins. L'Oure Tera allie harmonieusement confort, dépaysement et magie des...
L’île aux Canards propose un sentier sous-marin balisé et facilement accessible pour découvrir la biodiversité marine de cette réserve naturelle.
Avec l’ouverture de Kanua Tera écolodge, le premier du genre sur le territoire, la Nouvelle-Calédonie emprunte concrètement la voie du tourisme durable. Découverte d'un site exemplaire en matière d'...
Fleuron de l’ouverture de la Province Nord au tourisme durable, l’hôtel Tiéti associe tourisme de luxe et préservation du patrimoine naturel et culturel.
C'est l'une des activités nautiques les plus remarquables de Nouvelle-Calédonie. Beauté exceptionnelle des sites, nature sauvage, authenticité et engagement... Autant de conditions réunies pour une...
Les sentiers sous-marin et botanique de l'îlot de Yeega ont été créés pour faire découvrir aux visiteurs la multitude d'espèces de poissons, coraux et de plantes de cette aire marine protégée 
Observation des baleines à bosse et autres cétacés dans le spendide lagon calédonien classé au Patrimoine Mondial par l'UNESCO.
Spécialisée dans la randonnée palmée, Aquanature s'inscrit dans une démarche éco-touristique pour faire découvrir les écosystèmes coralliens.
Les fonds sous-marins de Hienghène sont réputés pour leur richesse corallienne et pour leur architecture découpée et percée d’une multitude d’arches, de failles, de tunnels et de canyons.
Archipel
Atouts géographiques

Des paysages édéniques et diversifiés

Troisième plus grande île du Pacifique située à 1500 km de l’Australie, la Nouvelle-Calédonie regroupe la Grande Terre qui est l’île principale, complétée par les îles Loyauté à l’Est, l’île des Pins au Sud et les îles Bélep au Nord. Outre les paysages édéniques des îles, ceux de la Grande Terre sont extrêmement diversifiés ; entre les terres rouges oxydées et les lacs du Sud, la côte Ouest aride avec ses plaines dénudées et ses savanes à niaouli, la végétation luxuriante et la forêt humide de la côte Est, tandis qu’ au centre du territoire s’enchaînent vallées, rivières et forêts. 
«Hot spot» de la biodiversité planétaire, le récif néo-calédonien représente la seconde plus grande barrière de corail au monde, dont quelque 15 000 km2 répartis en six sites sont inscrits au Patrimoine Mondial de l'Humanité. On observe même à certains endroits un double ou triple récif-barrière (on en dénombre moins de dix dans le monde) !

 

Conditions climatiques générales

Climat tropical océanique tempéré par les alizés. La saison chaude s’étend de novembre à mars avec des températures variant entre 22° et 31°, tandis que la saison fraîche commence en avril avec des températures comprises entre 15° et 26°. La période entre décembre et avril est propice aux cyclones et tempêtes accompagnées de pluies torrentielles. Températures moyennes de l’archipel: Janvier: Air 29 Mer 25 Février: Air 29 Mer 26
Contexte environnemental

 

De par leur isolement total pendant 30 millions d’années, la flore et faune calédoniennes ont évolué en vase clos et offrent une biodiversité exceptionnelle avec un taux d’endémicité le plus élevé au monde. À elle seule, la forêt calédonienne compte plus de 2500 espèces végétales endémiques, ce qui lui a valu le titre de « premier jardin botanique du Pacifique sud ». L’IRD (Institut de recherches et de Développement) a recensé près de 20 000 espèces marines avec nombre de coquillages rares et de fossiles vivants, dont le fameux nautile qui a très peu évolué depuis 400 millions d’années. 

Les institutions et les autorités coutumières soucieuses de préserver leurs sites naturels et culturels ont mis en place des mesures de protection sévères et des réserves naturelles visant à protéger les zones les plus fragiles et à éviter la disparition d’espèces menacées, telles que la tortue de mer, le dugong ou le cagou, emblème de l’archipel et curieux échassier qui a la particularité d’aboyer et de courir. 

Inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Le récif corallien de Nouvelle-Calédonie, reconnu par la communauté internationale comme un « hot spot » de la biodiversité planétaire dans un excellent état de conservation, a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2008. Ce projet d’inscription a été initié en 2001 par des associations locales de protection de l’environnement et a été soutenu ensuite par les assemblées provinciales, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le sénat coutumier, soutien indispensable pour assurer le succès de l’initiative. L'incription concerne une série de six sites représentatifs de l’ensemble des récifs de Nouvelle-Calédonie. Ce « bien en série » proposé à l’UNESCO sous le titre « les lagons de Nouvelle Calédonie : diversité récifale et écosystèmes associés » contient plus de 15 000 km2 de lagons et récifs, soit 60% des lagons de la Grande Terre et des îles Loyauté. Cette inscription est un grand pas pour la destination qui va ainsi pouvoir renforcer la reconnaissance internationale de la valeur exceptionnelle de ses lagons et de ses récifs coralliens. D'autres parts, cela va permettre de favoriser la prise de conscience locale des enjeux de la protection du milieu marin, d’inscrire la Nouvelle Calédonie dans une démarche de développement durable reconnue et soutenue au niveau international et enfin de promouvoir l’image « nature » de la Nouvelle Calédonie pour favoriser un tourisme éco-responsable.

Protection des requins en cours

L’Assemblée de la Province Sud a adopté, le 18 février 2009, un texte qui aurait dû classer les requins en espèces protégées et interdire le finning (découpe des ailerons de requins). Mais finalement les requins ont été retirés en dernière minute des espèces protégées ! Un retournement de situation contre lequel s’insurge l’association Longitude 181 NATURE, porte-parole de milliers de plongeurs sous-marins et de passionnés de la mer, qui a lancé une pétition. 

Sanctuaire des baleines
On estime entre 300 et 600 le nombre de baleines à bosse qui transitent en Nouvelle-Calédonie entre juillet et octobre. Depuis 2003, le Congrès de Nouvelle-Calédonie a déclaré sa zone économique exclusive « sanctuaire baleinier ». La Province Sud a récemment élargi ce sanctuaire à tous les mammifères marins, notamment les dauphins et les dugongs, dans les eaux sur lesquelles elle a autorité. Un dépliant de bonne conduite pour observer les baleines a été édité par la Direction des ressources naturelles de la Province Sud. 

Energies renouvelables 
Depuis quelques années, l’utilisation de l’énergie solaire est devenue très prisée en Nouvelle-Calédonie, qui multiplie les installations de chauffe-eau solaires ainsi que de panneaux solaires. Les zones les plus isolées de Nouvelle-Calédonie peuvent ainsi avoir l’électricité. Depuis l’implication de l’ADEME (Agence française de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) dans les problèmes d'environnement en Nouvelle-Calédonie en 1995, 1500 installations photovoltaïques, 50 pompages photovoltaïques, 2500 chauffe-eau solaires, 4 installations éoliennes et 13 installations hydroélectriques ont vu le jour. D’après l'organisme, l’archipel possèdera dans un proche avenir, une véritable vitrine technologique en matière d'énergie photovoltaïque et éolienne.

Economie maritime
La Nouvelle-Calédonie compte plusieurs marinas qui accueillent les plaisanciers dans les meilleurs conditions de confort, du super yacht à l’embarcation la plus modeste, à quai ou au mouillage, à Nouméa, Wé (Lifou), Hienghène ou Koumac… A Nouméa, les marinas se situent à proximité du marché, des restaurants, des cyber cafés, de la poste et des animations. Port Moselle est le port de plaisance le plus important de Nouméa mais aussi du territoire. En tant que port d'entrée et d'escale en Nouvelle-Calédonie, tout navire de plaisance doit s'y accoster dès son arrivée pour remplir les formalités nécessaires à l'obtention du droit de port auprès de la capitainerie et des services de douane et d’immigration. 

Le Cercle Nautique Calédonien peut accueillir 620 bateaux sur ses 17 pontons flottants. Équipé d’un Club-house avec bar, d’une brasserie et restaurant, d’un aire de carénage et élévateur, il accueille des courses hauturières en provenance des pays voisins et organise des rallye dans le lagon calédonien, des concours de pêche au gros, et des soirées. Une dizaine d’entreprises de location titulaires du label qualité professionnel proposent toute une gamme de voiliers, monocoques ou catamarans et des bateaux à moteurs avec ou sans skipper. Equipés de tout le confort moderne, ces bateaux permettent de naviguer en toute sécurité sur le lagon et en mer, de mouiller près des îlots ou au fond des baies... Des charters de un à plusieurs jours, sont également proposés sur des bateaux classés NUC aux normes de sécurité professionnelles, sous la responsabilité d'un équipage ou skipper qualifié. Une solution idéale pour découvrir en toute sérénité les plus beaux mouillages de l’archipel grâce au professionnalisme et à l’expérience de l’équipage.

Exploitation du domaine maritime

La Zone Économique Exclusive maritime de la Nouvelle-Calédonie couvre 1 450 000 km2, soit la moitié de la Méditerranée. L’activité de pêche professionnelle de l’archipel comprend trois filières distinctes. 
La pêche lagonaire est opérée à l’intérieur du lagon, dont les produits (holothuries et trocas) sont destinés à la fois au marché local et à l’exportation vers les pays asiatiques. Destinée au marché local, la pêche côtière est pratiquée à l’extérieur du lagon pour la capture des poissons profonds et des poissons pélagiques des eaux territoriales. 
Enfin, la pêche hauturière est pratiquée dans la ZEE à partir de navires palangriers et s’oriente vers la capture de thons (blancs, jaunes), de marlins, de requins makos ou d’espadons principalement exportés vers l’Europe et le Japon. 
En ce qui concerne la pêche de plaisance et auto-vivrière, elle est estimée à 3 500 tonnes par an et se pratique surtout à l’intérieur du lagon. 
Le secteur de l’aquaculture repose principalement sur la filière crevette, qui a démarré au début des années 80, après des recherches menées par l’IFREMER pour déterminer les variétés de crevettes adaptées et les techniques de reproduction et d’élevage. L’activité figure aujourd’hui au second rang des exportations calédoniennes. Pour la campagne 2006-2007, 19 fermes d’une surface totale de 640 ha ont produit 1 800 tonnes.

 

Evènements nautiques

 

La section Alizés du Cercle nautique calédonien (CNC) regroupe les « voileux » du club comptant parmi 1 700 adhérents. Cette section autonome organise un calendrier de régates sur voiliers habitables, de février à décembre, ouvertes à tous, membres du club ou non. Son programme compte des rencontres entre régatiers purs et durs ainsi que des concentrations de voiliers où l’ambiance est plus à l’amusement qu’à la course avec des barbecues sur les îlots ou dans les baies. Elle organise aussi des régates hauturières comme la Nouméa-Port-Vila en 2007 ou encore la Whangarei-Nouméa, ou la Nouméa-Brisbane il y a quelques années. 

La course hauturière Auckland – Nouméa : Cette année, la célèbre course hauturière Auckland – Nouméa récupérée par Fidji (2005 et 2006), puis Port-Vila (2007) et à nouveau Fidji, retrouve le lagon calédonien cinq ans après. Le départ a été donné le samedi 27 juin 2009 à 14 heures avec un record à battre, celui du Néo-Zélandais Zana établi en 2004 en 70 heures. Le CNC a accueillit vingt-cinq voiliers dont certains peuvent atteindre quatre mètres de tirant d’eau. Trois bateaux calédoniens du CNC sont engagés. 

Le Tour de Calédonie à la voile d’est en ouest : Le Tour de Calédonie à la voile d’est en ouest dont la première édition a été disputée du 13 au 19 septembre 2008, est en train de devenir une référence en matière de courses. La signature d’une convention entre le CNC et Groupama, avec Franck Cammas comme parrain, va en ce sens. Les concurrents doivent parcourir 600 milles et établir une base de temps à battre. Nouméa est le point de départ et d’arrivée de cette compétition et deux points de contournement sont obligatoires, dont le cap N’Dua, au sud et l’extrémité nord-est du Grand passage. Tous les bateaux de classe habitable classés dans la jauge ORC club peuvent y participer. Trois types de classement sont proposés pour les monocoques en temps réel, un autre pour les monocoques en temps compensé et un troisième pour les catamarans en temps réel. Les grands vainqueurs de la première édition Groupama Race sont calédoniens : en temps compensé, TFO les Huitres de Dumbéa se sont classés premiers devant Team Australia les Nouvelles et Team New Zealand, qui ont plusieurs transocéaniques à leur compteur ainsi que la prestigieuse Coupe de l’America.

La Bénéteau – Lagoon Cup Nouméa - Port-Vila : Le 5 septembre 2009 sera donné le départ de la Bénéteau – Lagoon Cup, régate ralliant Nouméa à Port-Vila. Organisées en collaboration avec Bénéteau, les bénéteaux cups sont des manifestations conviviales, ouvertes à tous les propriétaires de bateaux de croisières. 

La régate Solo/Duo de l’Ile des Pins : Cette compétition a eut lieu le 1er mai 2009. Le temps de référence en duo sur le parcours aller/retour Nouméa/Kuto/Nouméa est de 17H49m21s soit une moyenne d’environ 7kts. 

Le Grand Prix Axxess Travel a lieu du 21 Février au 9 août 2009. Organisée pour la première fois en Nouvelle-Calédonie, cette compétition se courre sur monotype Elliott 5.9 et se déroule sur plusieurs régates à armes égales. Le challenge est ouvert à tous les équipages composés de 4 personnes sur des bateaux fournis par l'organisation. Cette année, 15 équipages se disputent le titre, dont 2 équipages 100% féminins et 2 équipages 100% jeunes. Les vainqueurs participeront au National Keelboat en Nouvelle-Zélande pour défendre les couleurs de l’archipel. 

Le championnat de Nouvelle-Calédonie de Hobie cat 16 se déroule sur deux week-ends consécutifs dans la baie de Sainte-Marie. Le 15ème Championnat du Monde d'Hobie Cat 16 a été organisé du 1er au 13 avril 2002 et a donné lieu à la plus grande régate jamais organisée en Nouvelle-Calédonie. Depuis 2001, le kiteboard Pro Tour s’achève en Nouvelle-Calédonie et sacre les champions du monde de la discipline. C’est sur le plan d’eau de la plage du Méridien Nouméa que se déroule le championnat avec une épreuve de speed crossing du côté du Phare Amédée.   

La Great Lagoon Regatta a vu sa première édition se dérouler en Juin 2011. La régate a pour cadre le lagon Calédonien l'un des plus beaux du monde. La quantité infinie d'îlots sauvages disséminés sur cette immense mer fermée autorise de nombreuses combinaisons de parcours. Si le côté sportif est bien réel, les organisateurs ont voulu que ce rassemblement soit un rendez-vous convivial et que la manifestation se déroule dans le plus profond respect de l'environnement en partenariat avec la Brigade de la Protection du Lagon. Dès la première édition la volonté a été affichée de s'ouvrir aux pays du Pacifique. On vit ainsi participer à la régate deux équipages Japonais qui furent suivis par deux journalistes du magazine nautique Kazi diffusé à cent mille exemplaires. De même deux journalistes Australiennes suivirent cette première édition  pour faire connaître l'évènement aux afficionados de la voile et susciter des inscriptions en Australie pour la prochaine édition.

Autres

Particularités culturelles de la destination

À l’instar de ses paysages, l’archipel jouit d’un formidable brassage ethnique : Kanak (mélanésiens), Calédoniens appelés « Caldoches », Métropolitains appelés « Z’oreilles », Européens, Wallisiens, Polynésiens, Asiatiques… Près de 246 000 habitants vivent ensemble sur le même caillou. La population kanak dont les ancêtres les Austronésiens ont commencé à peupler l’archipel il y a 3000 ans, représente moins de 44% de la population. Il existe près d’une trentaine de dialectes kanak et le respect des traditions fait partie de la vie quotidienne. La coutume et les règles de politesse sont encore bien vivantes en brousse et dans les îles. À l'occasion des visites en tribu, il est d'usage de « faire la coutume », c'est-à-dire d'offrir au chef un petit cadeau (paréo, cigarettes ou billets de banque...) en signe de respect.
 
Mer / Océan: 
Océan Pacifique

EN BREF

Avec sa végétation dense, ses îles célestes, et son lagon le plus grand du monde, la Nouvelle-Calédonie a tout de l’archipel « carte postale ». Mais c’est sans compter sur le contraste de ses paysages, la richesse de sa biodiversité et le brassage de sa population qui en font une destination d'aventure unique dont le magnétisme envoûte les voyageurs les plus aguerris. Depuis l'inscription d'une partie de ses récifs coralliens au patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2008, la Nouvelle-Calédonie joue la carte du tourisme durable et propose de plus en plus d'hébergements écologiques et des activités de pleine nature respectueuses de l'environnement.  

Informations pratiques

Meilleure période pour visiter la destination
 
Le climat est approprié toute l'année, mais la saison d'hiver qui s'étend de juin à septembre est plus fraîche avec des températures qui peuvent descendre jusqu'à 14 °C la nuit en bord de mer. Si vous restez dans les montagnes, il peut faire même plus froid. Néanmoins, les jours ensoleillés, les températures demeurent très agréables autour de 25 ° C. L'été vous êtes sous les tropiques et la température atteint 30 ° C. Des cyclones peuvent se produire durant la période la plus chaude de l'année de décembre à avril.
Les températures de la mer varient entre 22 °C et 28 °C en été.
 
Contacts pour pratiquer des activité de pleine nature :
 
Aventure Pulsion : une société privée réputée établie depuis longtemps qui organise dans de bonnes conditions de sécurité nombre d'expéditions en kayak pour un ou plusieurs jours dans des endroits magnifiques telle que  la Côte Oubliée, un raid de quatre jours dans des paysages isolés loin de toute possibilité de secours immédiatement disponibles.
Des trips de deux jours sont également proposés pour observer les baleines de juin à fin septembre, ou des trips de nuit sur le lac du Yate.
Contact: par téléphone: 687-26 27 48 Web aventure@canl.nc: www.aventure-pulsion.nc
 
La Maison du lagon : cette association locale fait la promotion d'un vaste réseau d'opérateurs spécialisés dans les activités nautiques. Chaque prestataire a été sélectionné pour son expérience de la mer et sa connaissance du pays et tous ont reçu une accréditation validée par l'administration française.
 
L'observation des baleines est unique en Nouvelle-Calédonie : les bateaux travaillent tous ensemble et sont liés par radio afin d'échanger les informations sur les mammifères qu'ils croisent. Les catamarans à voile représentent une formule attractive car le bateau est plus stable et vous avez beaucoup plus de place à bord. 
 
 
Il existe deux sociétés professionnelles Apnée ou snorkeling : Pierre Crubillé, considéré parmi les meilleurs apnéistes au  niveau international est certifié pour proposer des formations et la société Aquananature qui propose des explorations au départ du port de Nouméa sur le récif ou autour d'îlots paradisiaques. 
Contact: Tél: 687-27 27 27 Web: www.maisondulagon.nc

ENEZ'ACTUS

Premier voilier 100% Energie alternative au Vendée Globe: Conrad Colman

Conrad Colman, jeune Américain originaire de Nouvelle Zélande et vivant en Bretagne  est  le prem

Nouvelle Calédonie : inventaire de la biodiversité méconnue

Un inventaire de la biodiversité calédonienne est mené actuellement par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et l’ONG Pro-Natura International dans le vaste programme La Planète revisitée. Si l'archipel est connu pour son taux d’endémisme le plus élevé au monde, la petite faune demeure méconnue. Les scientifiques vont quadriller forêts, cours d’eau, montagnes et fonds marins pour y dénicher de nouvelles espèces.

Ouessant mise sur la relance agricole pour lutter contre la friche

La commune d’Ouessant et le Parc naturel régional d’Armorique lancent un appel à candidature dans le cadre de la mise en place de projets agricoles innovants et respectueux de l’environnement. L'élevage et le maraîchage permettraient de revitaliser et de mettre en valeur l'île tout en générant de l'emploi et des débouchés alliant tourisme et développement de produits locaux.

Atlantique : sabordage du projet de sanctuaire pour baleines

Lors de la 66ème réunion de la Commission baleinière internationale qui se tient en ce moment en Slovénie, les pays pro-chasse à la baleine ont à nouveau sabordé une proposition de sanctuaire de cétacés dans l'Atlantique Sud. Un signe décevant de l'influence politique continue du Japon qui poursuit la chasse commerciale sous couvert de recherches soit-disant scientifiques.

L'île Maurice collabore avec les Seychelles pour une pêche au thon durable

Les Seychelles et Maurice conjuguent leurs efforts en matière de conservation de stock de thon dans la région de l’océan Indien. Dans leur démarche visant à obtenir la certification du Marine Stewardship Council Certification (MSC), les autorités seychelloises ont sollicité l'île Maurice pour la signature d’un accord en faveur d'un nouveau projet d'amélioration de la pêche.

Parc de Saguenay-Saint-Laurent : renforcement des règles d'observation des baleines

Les nombreux utilisateurs du parc marin Saguenay-Saint-Laurent devront respecter de nouvelles règles à compter de janvier 2017. Parmi les nouvelles mesures figurent l'interdiction des jet skis et autres engins de plaisance motorisés et le renforcement des comportements à adopter en présence d’espèces en péril, tel le béluga du Saint-Laurent.

TripAdvisor boycotte les activités en interaction avec les animaux sauvages

Les activités touristiques où le contact avec les animaux sauvages ou les espèces protégées est permis sont en passe de devenir démodées grâce à l'annonce de Tripadvisor. Très influent, le géant du voyage en ligne vient d'annoncer qu'il cesse de vendre des billets pour ces activités et qu'il compte monter un portail éducatif consacré au tourisme avec des animaux.

Moorea : la biophonie, un outil convaincant pour le suivi sous-marin

Après quatre mois d’enregistrements, les scientifiques du Centre de recherches insulaires et de l'observatoire de l'environnement (Criobe) Moorea ont démontré que l’acoustique sous-marine permet d’identifier un environnement sain et que les aires marines protégées de l'île sont efficaces. Effectué dans quatre AMP de l’île et quatre zones non protégées, le suivi a en effet clairement permis de différencier les deux.

Extension de la réserve naturelle des Terres australes françaises

L’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises s’étendra sur plus de 600 000 km². Situé au sud de l’Océan indien, entre les 40e rugissants et les 50e hurlants, cet univers aussi magnifique qu’hostile, abrite des milliers d’espèces endémiques aux îles subantarctiques qui seront bientôt mieux protégées.

Ecosse : la plus grande zone de protection pour le marsouin d'Europe

Le gouvernement écossais a confirmé la création d’une zone spéciale de conservation (ZSC) de 13.540 km2 dans l’archipel des Hébrides pour le marsouin commun (Phocoena phocoena) qui est une espèce protégée. Si les marsouins sont encore les cétacés les plus répandus des eaux européennes et d'Écosse, leurs effectifs tendent à régresser à cause de la pollution marine et de la mort par noyade liée aux captures accidentelles.