Mouillage idyllique dans la Baie de la Soufrière

Royal Clipper Soufrière marine reserve Sainte-Lucia @ Laetitia Scuiller
Royal Clipper Soufrière marine reserve Sainte-Lucia @ Laetitia Scuiller

Le superbe cadre luxuriant de la baie de la Soufrière dominée par les deux majestueux pitons en fait l’un des mouillages les plus prisés de la Caraïbe. Depuis 1992, la Soufrière Marine Management Area gère l’organisation des mouillages de façon à protéger les ressources marines et à harmoniser les rapports entre plaisanciers, pêcheurs et plongeurs.

Une escale sécurisée pour les yachts navigants dans la Caraïbe

Face au nombre croissant de voiliers faisant escale dans la baie de la Soufrière pour y admirer les fameux Pitons, la SMMA a été créée en 1992 afin de gérer le passage des yachts tout en préservant les ressources marines et côtières. La zone maritime a ainsi été divisée en cinq ères de mouillage aujourd’hui réservées aux plaisanciers entre Anse Chastanet, Anse Mamin, Rachchette Point, Soufrière Jetty, Malgretoute plage et la zone de Beausejoure.

L’utilisation des mouillages requiert un « permis de conservation des coraux », dont le coût dépend de la taille du navire et de la durée du séjour. Ces permis sont délivrés par les gardiens de la SMMA, qui patrouillent dans toute la zone et qui sont en contact par radio VHF.

La SMMA renforce ainsi le rôle crucial de la Soufrière dans le secteur du nautisme à Sainte-Lucie en garantissant une escale sécurisée pour les bateaux privés ou les bateaux de charter voyageant entre la Martinique et les Grenadines.

Depuis une quinzaine d’années, la SMMA contribue à rassembler les pêcheurs locaux, les hôteliers, les plongeurs, les plaisanciers et la communauté de Soufrière et à gérer et développer toutes les activités économiques liées à la zone côtière et au domaine maritime.

Soufrière, un secteur touristique majeur

Le secteur de la Soufrière est l’un des secteurs touristiques majeurs de l’île. Outre les restaurants, bars et petits hôtels, le village de Soufrière qui compte 14 000 habitants n’est pourtant pas très développé. Les magasins sont correctement achalandés et on trouve sans problème des fruits et légumes de saison. Mention spéciale pour les pêcheurs locaux qui s’improvisent vendeurs ambulants et vendent leur pêche directement aux bateaux. Il manque pourtant quelques services importants pour les plaisanciers comme un système de gestion des déchets et eaux noires, la fourniture d’eau et d’électricité, des douches, toilettes, une laverie automatique, un dépôt de gaz propane et un site de réparation de yachts...

Le bourg typique et ses habitations en bois peint méritent le détour. Fondée en 1746 et baptisée ainsi à cause de sa proximité avec les sources sulfureuses, c’est la ville la plus ancienne et l’ex-capitale de Sainte-Lucie qui a un peu la même histoire que Saint-Pierre en Martinique. Atypique, la cathédrale, en pierres volcaniques sombres et peinte en bleu roi, est intéressante. Si les locaux sont accueillants en général, les touristes sont souvent sollicités et il leur est recommandé de rester discrets et vigilants.

Un point de départ de nombreuses attractions touristiques

Soufrière est le point de départ de nombreuses attractions touristiques et se situe à quelques kilomètres de luxuriants jardins botaniques et de bassins d’eau sulfureuse naturellement chaude.
Pour les fans de snorkeling, il existe un excellent site à l’anse Chastanet, située à 2,4 km de Soufrière. Il est conseillé d’y aller en bateau ou en annexe, car la route est très carrossable avec des pentes raides. À seulement dix mètres du bord d’une magnifique plage de sable fin, les randonneurs palmés peuvent s’adonner à leur passion en se perdant dans les méandres d’un écosystème corallien peu profond et remarquablement préservé où la profusion de la vie marine y est exceptionnelle !

Par ailleurs, les sites de plongée de Soufrière sont réputés dans toute la Caraïbe et des sorties sont également programmées pour observer les mammifères marins résidents ou de passage.

à retenir

Un mouillage idyllique ★★

C’est le mouillage incontournable de Sainte-Lucie et l’un des plus beaux de la Caraïbe ! Plus de 90% des plaisanciers qui se rendent à Sainte-Lucie viennent mouiller dans la baie mythique de la Soufrière pour y admirer les deux célèbres Pitons classés au patrimoine mondial de l’UNESCO... Deux anges gardiens de la baie qui sont d’ailleurs d’excellents amers pour les marins. Les plaisanciers peuvent profiter du cadre typique du village de pêcheurs niché au fond de la baie et du littoral bordé d’une végétation luxuriante. Il y a 45 corps morts répartis sur toute la baie et une soixantaine de nouveaux mouillages devraient être disponibles courant 2012. En saison, de fin décembre à avril, il est recommandé de ne pas arriver trop tard, car l’affluence est importante.

Une gestion des mouillages organisée en faveur de la protection de l’environnement ★★

La baie de la Soufrière est l’une des baies les plus profondes de Sainte-Lucie. Classé réserve naturelle, le site est géré par la Soufrière Marine Management Area (SMMA). Des zones spécifiques dédiées aux bateaux ont été établies et sont délimitées par des bouées blanches et bleues. Les plaisanciers sont accueillis par les rangers de la SMMA qui leur indiquent les ancrages libres et collectent les droits d’entrée.

Un service d’accueil qui gagnerait à se développer

Près de 3600 bateaux de passage jettent l’ancre au moins une fois dans la baie. Si les rangers accueillent les navires et les assistent au niveau du mouillage, aucune structure d’accueil de plaisanciers digne de ce nom n’existe. Le village de Soufrière dispose de bars, restaurants et petits hôtels, cependant le manque de services dédiés aux plaisanciers se fait sentir.

NOTRE APPRÉCIATION

Site / environnement
3
Qualité prestation
0
Politique durable
2

Informations utiles

Tarif « à partir de » *: 30.00
* Il faut compter environ 40 EC $ pour la bouée — le prix est calculé en fonction de la longueur du bateau et de la durée du séjour — et 45 EC $ pour la taxe de la réserve, soit près de 30 € la nuit. Accès des mouillages : FACILE, néanmoins, la hauteur d’eau étant rapidement importante les corps morts sont disposés à une courte distance de la terre. Ils sont également proches les uns des autres ce qui nécessite, au moins pour ceux placés juste au Nord des pitons, de porter une aussière frappée à l’arrière du bateau à terre, pour éviter votre voisin. Abri : MOYEN — la baie est abritée des vents dominants, mais demeure exposée à des surventes et des vents tourbillonnants descendants de la montagne. La houle venant de la Caraïbe peut entrer par mauvais temps. Autre abri de secours à Prince Rupert Bay, distant de 25 m. Entrée de nuit : OUI, mais certains mouillages à proximité de la côte sont délicats. Mouillage pour la nuit : OUI Tirant d’eau max : Il existe une possibilité pour tout type de bateau de plaisance, mais il est recommandé de demander l’avis du ranger qui viendra à votre rencontre. Rappel : La Baie de la Soufrière est une réserve maritime protégée, aussi il est interdit de mouiller sans permis de navigation que l’on obtient sur demande lors des formalités de clearance. Bien que Soufrière soit considérée comme un port d’entrée, aucun organisme officiel n’y est implanté pour effectuer la clearance des bateaux, aussi est-il recommandé d’effectuer les formalités à Marigot Bay ou à la marina de Rodney Bay avant de venir à Soufrière.
Période d'ouverture:
Toute l'année