Enez'actualité - Nouvelle-Zélande

Ultime appel pour sauver le dauphin Maui en danger d’extinction

Selon les dernières estimations, il ne resterait plus que 45 dauphins Maui. Le dauphin le plus petit et le plus rare du monde pourraient disparaître d'ici 15 ans si le gouvernement néo-zélandais n'interdit pas la pêche sur toute sa zone d'habitat.

La Nouvelle-Zélande doit bannir les filets de pêche de l'habitat des dauphins

Classé « en danger critique », le dauphin Maui, endémique de l’ouest de la Nouvelle-Zélande, est au bord de l'extinction

Selon de nouvelles estimations il ne resterait plus qu'entre 43 et47 individus, dont environ 10 femelles matures.

L'étude est actuellement présentée lors d'une réunion du comité scientifique de la Commission baleinière internationale (CBI) à San Diego, États-Unis.

« Ces nouveaux chiffres représentent une sonnette d'alarme forte : la Nouvelle-Zélande doit abandonner sa position actuelle, qui place les intérêts de l'industrie de la pêche au-dessus de la conservation de la biodiversité, et enfin de protéger l'habitat des dauphins des filets de pêche nocifs », a déclaré le Dr Barbara Maas, à la tête de Nabu pour la conservation des espèces menacées.

Les filets maillants ou de chalutage tueraient cinq dauphins Maui par an

Le dauphin Maui est une sous-espèce du dauphin d'Hector et ne vit que dans les eaux côtières peu profondes au large de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Les autres sous-espèces de Dauphin d'Hector sont plus nombreux et vivent au large de l'île du Sud.

En 2012, le gouvernement a nommé un Groupe d'experts qui a déterminé que les filets maillants et de chalutage tuent environ cinq dauphins Maui chaque année. Dr Liz Slooten, de l'Université d'Otago, estime que les extensions de zones d'exclusion de pêche introduites ont permis de réduire le niveau des prises accessoires de Maui entre 3.28 à 4.16 individus par an - soit 54 fois la limite durable !

En 2010/2011, il restait environ 59 dauphins Maui, dont le nombre a encore chuté à 43-47 pour la période 2014/2015.

Sources : Nabu international