Enez'actualité - Tahiti et ses Îles

Polynésie : Rapa gère la surpêche avec le rahui traditionnel

Pêcheurs polynésien @ Hervé Bré EnezGreen

L'île de Rapa, en Polynésie française, est parvenue à rééquilibrer ses populations de poissons côtières décimées par la surpêche en rétablissant le «rāhui». Cette pratique ancestrale Polynésienne consiste à restreindre l'usage d'une ressource naturelle pour la protéger, en laissant le temps aux espèces de grandir. Fort de ce succès, la communauté insulaire souhaite étendre ce rāhui à l'ensemble de l'archipel des Australes.

La population des Australes veut établir et gérer sa propre aire marine protégée

Après deux ans de discussions et de travail, les habitants des Australes sont désormais majoritairement convaincus de l’intérêt de créer une grande aire marine protégée autour de leurs îles.

Cette grande Aire Marine Protégée (AMP) couvrirait environ un million de kilomètres carrés autour des îles Australes et s’appellerait «Rāhui Nui nō Tuha’a Pae», ce qui se traduit par «Le grand Rahui des Australes». Ils expliquent que ce serait ainsi tout l’océan autour des Australes qui serait protégé, à l’exception d’une zone de pêche libre située dans la limite des 20 milles nautiques des côtes et réservée aux pêcheurs locaux, ainsi que quelques zones de pêche réglementée sur des hauts fonds à proximité des îles.

Cette volonté s'inscrit dans l'expérience de cette communauté de pêcheurs qui, dans les années 1980, a vu arriver de nouvelles techniques de pêche et a vu l'expansion des réfrigérateurs et congélateurs sur l'île. Les habitants de l'île ont alors observé un déclin rapide des populations de poissons.

Avant l'arrivée de ces technologies, ils avaient l'habitude de pêcher les poissons nécessaires pour le jour même et le lendemain matin. Mais, quand les gens ont pu conserver les poissons plus longtemps, ils ont commencé à pêcher plus que cela était nécessaire.

À cette époque, le conseil municipal de l'île a décidé de rétablir un rāhui - cette coutume traditionnelle Polynésienne qui restreint l'usage d'une ressource naturelle pour la protéger. Le rāhui a permis de rétablir les populations de poissons le long des côtes de Rapa à des niveaux plus sains.

Sources : Tahiti News